Brexit: Trump tacle Theresa May

Royaume-UniLe président américain a douché jeudi soir les espoirs d'un accord commercial avec les Etats-Unis en cas de Brexit mou.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président américain Donald Trump doit s'entretenir vendredi avec Theresa May, après avoir torpillé dans la nuit le projet de la dirigeante britannique de relation commerciale avec l'Union européenne après le Brexit.

«S'ils font un tel accord, nous traiterions avec l'Union européenne au lieu de traiter avec le Royaume-Uni», a dit M. Trump au tabloïd The Sun alors que Mme May comptait profiter de sa visite officielle au Royaume-Uni pour faire avancer les discussions sur la conclusion d'un accord de libre-échange avec Washington, une fois que son pays aura quitté l'UE fin mars 2019.

«Cela tuera probablement l'accord» avec les Etats-Unis, a ajouté M. Trump, arrivé au Royaume-Uni jeudi après-midi de Bruxelles où il a sommé ses partenaires de l'Otan de mettre davantage la main à la poche en matière de dépense de défense. Avant de quitter la capitale belge, il avait porté un premier coup au projet de Mme May, présenté le jour-même, affirmant «ne pas savoir» s'il correspondait au vote des Britanniques de quitter l'UE.

Il n'a pas non plus exclu de rencontrer son «ami» Boris Johnson, partisan d'un Brexit dur, qui a claqué la porte du gouvernement en début de semaine pour protester contre le plan de Mme May et qui ferait, selon lui, un «grand Premier ministre». «Cela en dit long sur ses préférences personnelles, et vers quel genre de Brexit dur il veut voir le Royaume-Uni prendre le chemin», a estimé le quotidien The Guardian.

«Les amis les plus chers»

A Washington, la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a tenté de minimiser l'impact des déclarations de M. Trump en assurant que le président américain «aime et respecte beaucoup» Mme May, puisque, a-t-elle ajouté devant la presse, «il a dit dans son interview qu'elle était une très bonne personne et qu'il n'a jamais rien dit de méchant à son encontre».

Le plan que Mme May a proposé à Bruxelles prévoit de maintenir des liens étroits avec l'UE à 27 en matière de commerce de biens, en instaurant une nouvelle «zone de libre-échange» qui reposerait sur un ensemble de règles communes concernant les biens et le secteur agro-alimentaire. La nouvelle sortie de M. Trump constitue une claque d'autant plus cinglante pour Mme May que, jeudi soir, elle a vanté la force du lien transatlantique, y voyant une opportunité «sans précédent».

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ne sont pas seulement «les plus proches alliés, mais aussi les amis les plus chers», a-t-elle déclaré en accueillant le président américain et son épouse Melania pour un dîner au palais de Blenheim, résidence de campagne près d'Oxford, où étaient également invités de nombreux représentants du monde économique.

Vendredi matin, les deux dirigeants doivent se retrouver pour aller inspecter les troupes à la prestigieuse académie royale militaire de Sandhurst, avant des discussions bilatérales et un déjeuner à Chequers, la résidence de campagne des Premiers ministres britanniques, à 70 km au nord-ouest de Londres. Une conférence de presse commune est ensuite prévue.

Le thé avec la reine

Outre le commerce, les échanges entre M. Trump et Mme May porteront sur le Proche-Orient et la Russie, alors que le milliardaire s'apprête à rencontrer pour la première fois le président russe Vladimir Poutine lors d'un sommet à Helsinki lundi. Le président et son épouse sont ensuite attendus au palais de Windsor, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Londres, pour prendre le thé avec Elizabeth II.

Ce parcours le tiendra éloigné des manifestations prévues à Londres contre sa venue, qui devraient culminer par un rassemblement de plusieurs dizaines de milliers de personnes à Trafalgar Square pour dénoncer la politique migratoire de Trump, son «sexisme» et son «déni» du changement climatique.

Le matin, un ballon géant représentant un Donald Trump en couche-culotte flottera dans le ciel londonien près du Parlement. Les démonstrations de mécontentement contre le président américain ont démarré dès jeudi, avec un rassemblement devant la résidence de l'ambassadeur américain à Londres.

«Donald Trump n'est pas le bienvenu !» ont scandé en coeur les quelques centaines de manifestants rassemblés devant les grilles de Winfield House, située dans Regent's Park. (ats/nxp)

Créé: 13.07.2018, 04h39

Galerie photo

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2 Dès son intronisation, le nouveau président a signé des décrets souvent controversés qui tranchent avec l'administration Obama. Sa présence à la Maison Blanche continue de faire des remous auprès des citoyens.

Articles en relation

Kim demande à Trump des actions concrètes

Corée du Nord Alors que les relations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord se sont récemment réchauffées, le leader de Pyongyang a lancé un appel au président américain, jeudi. Plus...

Stormy Daniels arrêtée dans un club de strip-tease

Etats-Unis Stormy Daniels, qui dit avoir eu une liaison avec Donald Trump, est sous les verrous. Son avocat évoque un coup monté. Plus...

Le sommet de l'Otan accaparé par Trump

Belgique Le président américain a monopolisé l'attention lors de la réunion de l'Alliance atlantique à Bruxelles. Plus...

Angela Merkel remet Donald Trump à sa place

Bruxelles Au sommet de l'Otan, la chancelière a répondu du tac au tac au président américain en rappelant à ce dernier que l'Allemagne avait son libre arbitre vis-à-vis de la Russie. Plus...

Donald Trump bouscule ses alliés de l'OTAN

Etats-Unis Le président américain ne cesse de réclamer aux Européens d'accroître leurs dépenses militaires afin de respecter leur engagement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...