Trump, optimiste, est en route pour rejoindre Kim

Sommet du 12 juinDonald Trump a quitté le Canada et le G7 pour rejoindre Singapour, où aura lieu le sommet historique avec Kim Jong Un.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Donald Trump s'est envolé samedi plein d'optimisme pour son sommet avec le dirigeant Kim Jong Un à Singapour, une «occasion unique» de résoudre la question du nucléaire nord-coréen, sur laquelle ses prédécesseurs à la Maison Blanche ont tous échoué. L'arsenal nucléaire nord-coréen, qui a valu à Pyongyang une impressionnante série de sanctions de l'ONU au fil des ans, sera au coeur de toutes les discussions.

Le comportement de Donald Trump au G7 au Canada, où il a - à la stupeur générale - torpillé l'accord final d'un tweet rageur, renforce les interrogations sur sa stratégie diplomatique et sa capacité à mener de négociations internationales de haut-vol. Au-delà de la photo des deux hommes, inimaginable il y a quelques mois encore lorsqu'ils étaient engagés dans une inquiétante surenchère verbale, un énorme point d'interrogation pèse sur l'issue de ce tête-à-tête que le monde entier observera mardi à la loupe.

«J'ai l'impression que Kim Jong Un veut faire quelque chose d'important pour son peuple, et il en a l'opportunité... C'est une occasion unique» qui «ne se représentera jamais», a déclaré le président américain lors d'une conférence de presse au Canada, où il participait au sommet du G7, à La Malbaie.

Il a ensuite rejoint son avion présidentiel, qui a décollé pour le long trajet de plus 20 heures pour Singapour, où il atterrira dimanche soir. Le sommet aura lieu dans un hôtel de luxe, mardi matin. Les déplacements du leader nord-coréen, de plus de 30 ans son cadet, restent, eux, entourés d'un épais mystère. C'est en tout cas un sommet unique: aucun président américain en exercice n'avait avant lui négocié en direct avec un héritier de la dynastie des Kim, sur une possible dénucléarisation du régime reclus.

«Je suis dans une mission de paix, et nous allons porter les coeurs de millions de gens, du monde entier. Nous devons obtenir une dénucléarisation. Il faut démarrer quelque chose. Nous croyons vraiment que la Corée du Nord sera un endroit formidable très bientôt», a-t-il dit. «Combien de temps faudra-t-il pour voir s'ils sont sérieux ou non? Je pense peut-être dès la première minute», a-t-il expliqué. «C'est ma touche personnelle, mon sentiment, c'est ce que je fais», a dit le milliardaire, qui se targue d'être un négociateur iconoclaste et hors pair.

«On verra bien»

Mais il a aussi tenté de tempérer les attentes. «Qui sait? Cela ne marchera peut-être pas. Il y a une forte chance que cela ne marche pas. Et une chance plus forte que cela prenne un certain temps. Ce sera un processus», a-t-il dit.

Au moins, a-t-il ajouté, «nous nous serons rencontrés. Nous nous serons vus. Et j'espère que nous nous serons appréciés l'un l'autre, et que nous commencerons un processus». Il a du reste reçu le soutien de ses alliés du G7. Dans le communiqué final du sommet, qui s'est tenu vendredi et samedi au Canada, les sept dirigeants renouvellent leur appel à ce que la Corée du Nord «démantèle complètement, de façon vérifiable et irréversible, toutes ses armes de destruction massive et ses missiles balistiques». Les dirigeants «réitèrent l'importance d'une dénucléarisation totale».

La stratégie de négociation du 45e président des Etats-Unis a suscité beaucoup de questions à Washington, après qu'il a lui-même expliqué n'avoir pas grand besoin de se préparer. «C'est d'abord une question d'état d'esprit, de volonté de faire avancer les choses», a-t-il dit jeudi.

Kim Jong Un invité à Washington ?

Mais il arrivera quoiqu'il arrive armé d'un bâton, de nouvelles sanctions, et d'une carotte: l'accueil de Kim Jong Un dans la communauté internationale, ou en tout cas, une invitation à la Maison Blanche... «si ça se passe bien», a-t-il dit à Washington.

Dans un style plus réservé, Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine, qui a rencontré deux fois le leader nord-coréen à Pyongyang, a lui aussi fait part de son espoir. «A bord d'Air Force One, en route pour le sommet de Singapour. Un avenir meilleur est possible pour la Corée du Nord», a-t-il tweeté.

Ce sommet a pris forme un soir de mars à la Maison Blanche lorsqu'un émissaire sud-coréen a transmis une invitation de Kim Jong Un que Donald Trump a accepté sur-le-champ, à la surprise générale. Si le milliardaire au style iconoclaste se targue d'être un négociateur hors du commun, nombre d'observateurs relèvent qu'il a été beaucoup moins exigeant que ses prédécesseurs avant de s'assoir à la même table que Kim Jong Un.

«Les gens parlent d'un sommet historique (...) Mais il est important de garder à l'esprit que ce sommet était possible pour tout président américain qui aurait souhaité le faire et qu'aucun ne l'a souhaité, pour de bonnes raisons», souligne Christopher Hill, ancien négociateur américain sur le dossier.

L'ancienne star extravagante du basket américain Dennis Rodman a assuré qu'il serait présent à Singapour mardi. L'ex-coéquipier de Michael Jordan aux Chicago Bulls s'est rendu cinq fois à Pyongyang depuis l'arrivée au pouvoir de Kim, grand fan de basket, qu'il appelle son «ami pour la vie». Mais la Maison Blanche a pris soin de préciser que s'il était «formidable sur le parquet», il n'aurait pas sa place dans les négociations. «Je l'aime bien, c'est un bon mec, mais il n'a pas été invité», a tranché Donald Trump. (afp/nxp)

Créé: 10.06.2018, 03h27

Articles en relation

Rodman se rendra au sommet historique

Kim/Trump Dans un tweet, l'ex-basketteur apporte tout son soutien aux deux présidents. «Je suis prêt à apporter toute l'aide dont ont besoin mes amis, Donald Trump et le Maréchal Kim Jong Un». Plus...

Le sommet inspire bars et restos de Singapour

Diplomatie Le secteur de la restauration a créé des petits plats et des cocktails en rapport avec le sommet historique entre Trump et Kim. Plus...

Melania Trump n'ira ni au G7 canadien ni à Singapour

Etats-Unis Cette absence à deux évènements majeurs relance les rumeurs sur un potentiel éloignement du président Trump. Plus...

Le chef de l'armée nord-coréenne limogé

Corée du Nord A quelques jours du sommet Kim Jong Un - Donald Trump, un remaniement a été effectué au sommet de l'armée nord-coréenne. Plus...

Galerie photo

Corée du Nord - USA: une poignée de main vers la paix?

Corée du Nord - USA: une poignée de main vers la paix? Poignée de main historique entre Donald Trump et Kim Jong Un. Elle marque l'ouverture d'un sommet lourd d'enjeux pour l'Asie et le monde.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 août.
(Image: Bénédicte? ) Plus...