Passer au contenu principal

Etats-UnisTrump pourrait aller au dîner des correspondants

Le président américain a émis l'idée de se rendre au dîner des correspondants de la Maison Blanche, qu'il a boycotté jusqu'ici.

Le président américain a aimé l'idée qu'il n'y ait plus d'humoriste invité.
Le président américain a aimé l'idée qu'il n'y ait plus d'humoriste invité.
AFP

Le président Donald Trump a déclaré mardi qu'en l'absence d'un humoriste au programme, il pourrait participer pour la première fois au traditionnel dîner de l'Association des correspondants à la Maison Blanche (WHCA).

Depuis son arrivée à la présidence en janvier 2017, M. Trump, qui a des relations très tendues avec de nombreux médias, a refusé d'assister à ce dîner, contrairement à ses prédécesseurs républicains comme démocrates. Ce dîner de gala, événement annuel de la vie politique de Washington, célèbre la liberté de la presse et donne l'occasion au président de prononcer un discours, en général teinté d'autodérision, sur l'année écoulée... et de se faire épingler par un humoriste.

Lors de l'édition 2017, l'humoriste Michelle Wolf avait livré une prestation controversée, notamment parce qu'elle avait durement attaqué la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, assise non loin d'elle. Le lendemain, la présidente de l'association, Margaret Talev, avait estimé que le monologue de Michelle Wolf n'était «pas dans l'esprit» de la soirée.

Pour la prochaine édition, prévue le 27 avril 2019, c'est l'historien Ron Chernow, auteur notamment d'une biographie de George Washington, premier président des Etats-Unis, qui prendra la parole. Donald Trump a réagi sur Twitter à ce changement.

«La prétendue humoriste Michelle Wolf a fait un tel bide l'année dernière au dîner des Correspondants à la Maison Blanche que cette année, pour la première fois depuis des décennies, ils auront un écrivain au lieu d'un humoriste. Un bon premier pas vers le retour à une tradition qui se mourait ! Peut-être que j'irai ?», a tweeté le président.

La tradition de ce dîner des correspondants a débuté en 1921. Depuis 1980, tous les présidents y ont assisté, sauf Ronald Reagan en 1981, qui se remettait alors de l'attentat dans lequel il avait été grièvement blessé.

C'est lors de ce dîner, auquel il participait en tant qu'invité en 2011, que Donald Trump avait été la cible des piques de Barack Obama, alors président, qui avait raillé son goût prononcé pour les théories du complot. Pendant des années, le magnat de l'immobilier avait relayé une théorie mettant en doute le lieu de naissance de Barack Obama et donc sa légitimité pour diriger les Etats-Unis.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.