Trump pourrait gracier Paul Manafort

Etats-UnisLe président américain n'exclut pas de gracier son ancien directeur de campagne, Paul Manafort, jugé coupable de fraude fiscale et bancaire.

Le président américain n'exclut pas de gracier son ancien directeur de campagne jugé coupable de fraude fiscale et bancaire.

Le président américain n'exclut pas de gracier son ancien directeur de campagne jugé coupable de fraude fiscale et bancaire. Image: Alex Wong/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président américain Donald Trump n'exclut pas de gracier son ancien directeur de campagne, a rapporté mercredi le New York Times. Paul Manafort a été jugé coupable en août dernier de fraudes fiscale et bancaire. Il a lui-même reconnu des faits de blanchiment.

«Cela n'a jamais été évoqué, mais je ne peux l'exclure. Pourquoi l'exclurais-je?», a dit M. Trump au quotidien new-yorkais. Sans grâce présidentielle, M. Manafort pourrait passer le restant de ses jours en prison.

En plus des faits pour lesquels il a été condamné, l'ancien conseiller de Donald Trump a plaidé coupable en septembre des chefs d'accusation de conspiration contre les Etats-Unis et de conspiration d'entrave à la justice lors d'un second procès. Il a accepté de coopérer à l'enquête menée par le procureur spécial Robert Mueller dans le cadre de cet accord de plaider coupable.

L'enquête sur Paul Manafort a connu mardi un nouveau rebondissement avec la publication dans The Guardian d'un article selon lequel l'ancien directeur de campagne a discrètement rencontré le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, à trois reprises au moins, dont une fois en 2016. M. Manafort a réfuté mercredi les informations du quotidien britannique qu'il a qualifiées de «fausses et de diffamatoires» tandis que Wikileaks s'est dit «prêt à parier un million de dollars» que ces rencontres n'ont jamais eu lieu.

Selon The Guardian, les rencontres se sont déroulées à l'ambassade d'Equateur à Londres, où Julian Assange vit reclus, avant que Wikileaks ne rende publics des courriels provenant du compte privé d'Hillary Clinton, un épisode de campagne qui avait considérablement entaché la campagne de la candidate démocrate. (ats/nxp)

Créé: 28.11.2018, 22h58

Articles en relation

Paul Manafort dément avoir rencontré Assange

Etats-Unis L'ancien directeur de campagne de Donald Trump a démenti mardi avoir secrètement rencontré le fondateur de WikiLeaks Julian Assange. Plus...

Manafort a menti au FBI, selon le procureur spécial

Affaire russe L'ex-chef de campagne de Donald Trump a menti au FBI, enfreignant son accord avec la justice, selon Robert Mueller. Plus...

Ingérence russe: Manafort plaide coupable

Etats-Unis Paul Manafort, ancien proche de Trump, a reconnu vendredi avoir conspiré contre les Etats-Unis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...