Trump s'attire la colère des transgenres

SantéL'administration Trump veut annuler une mesure protégeant les transgenres de discriminations à l'assurance-santé.

Image d'archive

Image d'archive Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministère américain de la Santé a annoncé vendredi l'abrogation prochaine d'une clause protégeant les personnes transgenres de discriminations dans le système d'assurance-santé, provoquant le mécontentement des associations LGBT.

Le ministère prévoit de supprimer une mention présente dans la loi «Obamacare» introduite en 2016 sous la présidence de Barack Obama, qui élargissait notamment la discrimination «sur la base du sexe» à l'identité de genre. Celle-ci avait été alors définie comme le sentiment intérieur d'être «masculin, féminin, aucun des deux ou un mélange des deux».

Mais plusieurs décisions judiciaires ont bloqué l'application de cette mesure, alors que Donald Trump a promis d'abroger la grande réforme de son prédécesseur s'il était réélu en 2020. Le changement proposé reviendrait sur la clause afin de «se conformer à l'interprétation stricte» de la justice, a indiqué le ministère dans un communiqué.

«Nous mettons nos règles en conformité»

«Quand le Congrès a interdit la discrimination en fonction du sexe, il l'a fait au regard de la signification stricte du terme, et nous mettons nos règles en conformité», a expliqué le responsable des droits civiques du ministère, Roger Severino.

«L'administration Trump fait preuve d'un mépris total pour la santé, la sécurité et l'humanité des femmes et des Américains transgenres», a réagi dans un communiqué la cheffe de l'opposition démocrate, Nancy Pelosi, engagée dans un bras de fer avec le président républicain.

Les associations de défense des droits des personnes transgenres ont dénoncé cette décision du ministère. «Personne ne devrait être privé de soins médicaux, quand sa vie et sa santé sont en danger, simplement à cause de ce qu'il est», a affirmé le Centre national pour l'égalité transgenre (NCTE).

Peur d'être mal soignés

Selon une étude réalisée en 2015, près d'un quart des personnes transgenres (23%) interrogées par le NCTE disaient ne pas avoir consulté un médecin l'année précédente parce qu'elles avaient peur d'être mal soignées en tant que personne transgenre.

Louise Melling, responsable de la puissante organisation de lutte pour les droits civiques ACLU, a condamné un «acte de violence» de la part du gouvernement américain «contre ceux dont la santé a été longtemps ignorée, négligée et rejetée». «Les personnes transgenres et non-binaires subissent un nombre sidérant de discriminations de la part d'établissements ou de fournisseurs de soins», a-t-elle assuré dans un communiqué.

En avril, l'administration républicaine est déjà revenue sur une décision de Barack Obama d'autoriser les personnes transgenres à servir dans l'armée en fonction de leur identification sexuelle, estimant qu'il existait «un risque pour l'efficacité et la puissance létale des militaires». (afp/nxp)

Créé: 25.05.2019, 01h41

Articles en relation

Discriminations anti-LGBT devant la justice

Etats-Unis Le dossier des discriminations contre les homosexuels et les personnes transgenres a été saisi lundi par la Cour suprême des USA. Plus...

Trump ne veut pas de transgenres dans l'armée

Etats-Unis Le président américain a saisi la Cour suprême pour empêcher le recrutement de personnes transgenres dans l'armée. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.