Passer au contenu principal

États-UnisL'Iran «semble reculer», affirme Donald Trump

Après les frappes iraniennes sur des bases américaines en Irak, le président états-unien s'est exprimé depuis la Maison-Blanche.

Missiles lancés sur des bases américaines.

L'Iran «semble reculer» après avoir mené des frappes iraniennes en Irak qui n'ont fait aucune victime américaine, s'est félicité mercredi le président américain Donald Trump. «Aucun Américain n'a été blessé dans les attaques de la nuit dernière», a déclaré Donald Trump dans une allocution solennelle depuis la Maison-Blanche.

Entouré de hauts responsables de l'Exécutif et de hauts gradés du Pentagone, le président américain a ensuite précisé que les États-Unis étaient «prêts à la paix» avec ceux qui la voulaient.

Nouvelles sanctions

Donald Trump a par ailleurs annoncé de nouvelles sanctions économiques visant le régime de Téhéran, «en réponse à l'agression iranienne».

Il a également appelé les Européens à quitter l'accord sur le nucléaire iranien et a demandé à l'Otan de s'impliquer «beaucoup plus» au Moyen-Orient.

Les tirs par Téhéran de 22 missiles sur des bases irakiennes abritant des soldats américains n'ont fait selon Donald Trump que des dommages limités et n'ont tué aucun Irakien, a-t-il précisé.

«Tant que je serai président des États-Unis, l'Iran ne sera jamais autorisé à avoir l'arme nucléaire», a-t-il promis au début de sa déclaration.

Représailles »proportionnées«

Un peu plus tôt, le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, avait salué une »gifle à la face« des Etats-Unis, prévenant toutefois que ce n'était »pas suffisant«. Il faut, avait-il dit, que »la présence corrompue des Etats-Unis dans la région prenne fin«, alors que l'axe pro-Iran profite depuis vendredi d'un regain de sentiment anti-américain en Iran, mais aussi en Irak et au Liban.

»Nous ne cherchons pas l'escalade ou la guerre, mais nous nous défendrons«, avait abondé Mohammad Javad Zarif, le chef de la diplomatie. Il a affirmé que les représailles »proportionnées« de la nuit étaient »terminées«.

Mais si la riposte iranienne est close, reste la »riposte irakienne«, qui ne sera »pas moins importante«, ont déjà promis les factions armées pro-Iran dans le pays. Elles se poursuivront »jusqu'au départ du dernier soldat« américain, ont ajouté ces factions que Washington accuse d'être derrière les dizaines de roquettes qui ont déjà visé leurs soldats et leurs diplomates ces derniers mois.

La réponse est coordonnée avec le Hezbollah libanais et Téhéran, assurent ces factions, après les frappes iraniennes - qui selon l'armée irakienne n'ont pas fait de victime dans ses rangs. Si elles n'ont pas suscité de riposte immédiate, elles font plus que jamais redouter une escalade régionale et un conflit ouvert.

ats/afp

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.