Trump sillonne l'Amérique la veille des élections

Etats-UnisLe président américain a donné plusieurs meetings à la veille des élections de mi-mandat qu'il considère comme un référendum sur sa personne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bains de foules et messages pilonnés à travers les Etats-Unis: le président Donald Trump s'est donné lundi sans réserves dans les dernières heures de la campagne pour les législatives qui détermineront le contrôle du Congrès. Et au final le cours de sa présidence.

Une grande incertitude régnait encore sur le scrutin à quelques heures de l'ouverture des premiers bureaux de vote, mardi à 06h00 sur la côte Est (midi en Suisse). «Tout ce que nous avons construit est en jeu demain», a lancé Donald Trump à des milliers de supporteurs dans l'Indiana, un Etat clé si les républicains veulent conserver le contrôle du Sénat.

Le nom du président républicain ne figure pas sur les bulletins de vote. Mais il martèle depuis des semaines que le scrutin sera un référendum sur sa présidence. Après le choc de 2016, les démocrates sont donnés favoris par les sondages pour reprendre le contrôle de la Chambre des représentants, tandis que les républicains devraient conserver le contrôle du Sénat. Craignant qu'une victoire des démocrates au Congrès ne paralyse ses politiques, le président américain a jeté toutes ses forces dans la campagne.

Cleveland (Ohio), Fort Wayne (Indiana), Cape Girardeau (Missouri): jusqu'au dernier moment, le milliardaire a enchaîné lundi les rassemblements «Make America Great Again». Le septuagénaire ne devait être de retour à la Maison Blanche que bien après minuit local. En face, les candidats démocrates en mal de nouvelles personnalités d'envergures nationales se sont appuyés sur l'ex-président Barack Obama et son vice-président Joe Biden en meetings de campagne.

Fort vote anticipé

«Ça va bien pour nous au Sénat et je pense que nous allons avoir un très bon résultat à la Chambre», a affirmé M. Trump lundi, tout en reconnaissant la tendance historique voulant que le parti au pouvoir à la Maison Blanche souffre lors des élections de mi-mandat. Dans les deux camps, on tentait jusqu'au dernier moment de mobiliser les électeurs. Les votes des jeunes, des minorités et des femmes pourraient être décisifs.

Signe du grand intérêt suscité par ces élections: déjà plus de 30 millions de bulletins avaient été déposés lundi dans les Etats permettant le vote anticipé ou par procuration, selon les médias américains. C'est bien plus que les quelque 22 millions enregistrés avant le jour du vote lors d'élections comparables en 2014.

La perte de la Chambre, en dépit des excellents chiffres de l'économie américaine, serait un dur revers pour Donald Trump qui s'est érigé en garant de la bonne santé économique des Etats-Unis. Le milliardaire, qui avait démarré sa campagne présidentielle en traitant les immigrés mexicains de «violeurs» a de nouveau opté pour un sombre message sur l'immigration clandestine. «C'est une invasion», martèle-t-il à propos des migrants d'Amérique centrale qui traversent actuellement, en groupe, le Mexique vers la frontière américaine.

Vague rose féminine?

Les démocrates ont fait campagne sur la défense du système de santé. Mais ils parient aussi sur le rejet de Donald Trump, qu'ils sont nombreux à qualifier ouvertement de menteur et de catalyseur des violences racistes et antisémites récentes.

Selon le dernier sondage réalisé par SSRS pour CNN, M. Trump a notamment de quoi s'inquiéter du vote des femmes: 62% d'entre elles soutiennent les démocrates. Les sondeurs donnent l'avantage aux démocrates pour la Chambre des représentants, où ils doivent ravir 23 sièges aux républicains pour prendre la majorité.

Mais les enquêtes sont trop serrées dans une vingtaine de circonscriptions pour pouvoir dire avec certitude qui sera le vainqueur, mettent en garde les sondeurs, échaudés par la «surprise» Trump en 2016.

Au Sénat, les républicains prédisent qu'ils renforceront leur majorité. La carte est en leur faveur: le renouvellement par tiers concerne cette année des Etats majoritairement conservateurs. Sur les 35 sièges en jeu, les sénateurs sortants les plus en difficulté sont des démocrates élus dans le Dakota du Nord, l'Indiana, le Montana et le Missouri.

Les Etats-Unis pourraient donc se retrouver, le 3 janvier 2019, avec un 116e Congrès divisé. Ce qui pourrait paralyser le programme du 45e président des Etats-Unis, jusqu'aux prochaines élections de 2020. (ats/nxp)

Créé: 06.11.2018, 03h13

Articles en relation

Fox News retire un spot anti-migrants de Trump

Etats-Unis Plusieurs médias, dont Fox News et Facebook, ont retiré un spot publicitaire de la campagne de Trump sur la caravane de migrants. Plus...

Les Américains se rendent aux urnes mardi

Etats-Unis Deux ans après l'élection de Trump, les Américains retrouvent le chemin des urnes mardi pour les élections de mi-mandat. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.