Trump est proche d'un accord sur les «Dreamers»

Etats-UnisLe président américain veut lier baisse de l'immigration et protection des jeunes sans-papiers.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président américain Donald Trump et les chefs de l'opposition démocrate du Congrès ont annoncé jeudi être proches d'un accord final sur l'immigration et la frontière. Son contenu exact reste toutefois encore à négocier.

L'accord a été ébauché lors d'un dîner à la Maison Blanche jeudi soir entre le dirigeant et les démocrates.

Après une nuit de confusion sur la conclusion ou non d'un accord ferme, chacun a fait une mise au point jeudi matin, laissant penser que Donald Trump a accepté le principe de la régularisation de centaines de milliers de jeunes sans-papiers, en échange d'une loi renforçant les moyens pour la protection de la frontière avec le Mexique, mais sans financement pour la construction d'un mur.

«Il y a 800'000 jeunes, nous travaillons d'arrache-pied sur un plan et nous verrons comment cela se passe. Et nous aurons un renforcement massif de la sécurité à la frontière dans ce cadre. Je pense qu'il peut se passer quelque chose», a déclaré Donald Trump à Washington juste avant de s'envoler pour la Floride.

«Je pense que nous en sommes assez proches mais il nous faut une sécurité massive à la frontière», a-t-il ajouté. M. Trump a affirmé que les chefs de la majorité républicaine du Congrès étaient d'accord pour autoriser des régularisations. Peu avant, il avait contesté une annonce des démocrates, écrivant sur Twitter: «Aucun accord n'a été trouvé hier soir».

Opposition sur le mur

Les chefs démocrates ont publié un communiqué jeudi clarifiant l'état des négociations. «Il n'y a pas eu d'accord final, mais nous nous sommes mis d'accord sur les points suivants», ont écrit le sénateur Chuck Schumer et la chef de groupe de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

«Nous nous sommes mis d'accord pour que le président soutienne l'inscription dans la loi des protections de Daca, et pour qu'il pousse la Chambre et le Sénat à agir», écrivent-ils, en référence au programme Daca, supprimé récemment et qui avait permis de donner des papiers temporaires à près de 800'000 jeunes clandestins.

«Il reste à négocier les détails de la sécurité à la frontière, l'objectif commun étant de finaliser tous les détails dès que possible. Bien que chaque camp ait accepté que le mur ne fasse pas partie de l'accord, le président a insisté qu'il continuerait à l'exiger ultérieurement, et nous avons répété que nous nous y opposerions», poursuivent-ils.

Et les démocrates de citer les éléments pouvant faire partie de l'accord final, notamment le financement de drones, d'avions, de détecteurs et de réfection de routes frontalières, afin de sécuriser la frontière avec le Mexique.

Six mois pour trancher

Donald Trump a mis fin le 5 septembre au programme Daca (Deferred Action for Childhood Arrivals). Il a appelé le Congrès à légiférer dans les six mois pour trancher sur la situation de ces jeunes, potentiellement menacés d'expulsions.

«Est-ce que quelqu'un voudrait vraiment renvoyer des jeunes gens, bons, éduqués et accomplis, qui ont des emplois, certains servant dans l'armée? Vraiment!.....» a tweeté le milliardaire jeudi matin. (ats/nxp)

Créé: 14.09.2017, 02h45

Fouilles d'appareils électroniques: plainte contre le gouvernement

Des associations de défense des droits civiques ont engagé des poursuites à l'encontre du gouvernement américain. Elles l'accusent d'intensifier les fouilles dans les téléphones portables et les ordinateurs des voyageurs arrivant aux Etats-Unis depuis l'étranger.

La puissante Association américaine de défense des libertés civiques (ACLU) et l'Electronic Frontier Foundation, groupe de réflexion spécialisé dans les droits civiques à l'ère numérique, ont saisi la justice contre le département de la Sécurité intérieure et deux agences de l'immigration. Les deux associations leur reprochent les recherches effectuées dans les ordinateurs et téléphones portables de dix citoyens américains et un résident permanent, parmi lesquels des musulmans, de retour d'un séjour à l'étranger.

Galerie photo

En images, la levée de boucliers contre Donald Trump

En images, la levée de boucliers contre Donald Trump Dès son investiture le 20 janvier 2016, Donald Trump a été contesté par des manifestations dans le monde entier.

Articles en relation

«Dreamers»: 4 autres Etats vont en justice

Etats-Unis Quatre autres Etats ont décidé de poursuivre l'administration Trump après la fin du programme protégeant les jeunes sans-papiers. Plus...

Los Angeles défile pour les «dreamers»

Etats-Unis Des milliers de personnes ont défilé dimanche à Los Angeles contre la décision de supprimer le programme qui protège les jeunes sans-papiers. Plus...

Fin de la protection des «Dreamers»

Etats-Unis Donald Trump a décidé mardi de mettre fin au programme mis en place par Obama pour protéger 800'000 jeunes sans-papiers. Plus...

Trump met un terme aux rêves des «Dreamers»

Etats-Unis Le président américain met fin à DACA, le programme qui permettait aux jeunes sans-papiers - les «Dreamers» - d'étudier et travailler aux Etats-Unis. Vidéo. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.