Passer au contenu principal

Etats-UnisTrump tweete un message le traitant de «fasciste»

Ces cafouillages interviennent dans un moment délicat pour le président, très critiqué après les violences survenues à Charlottesville.

Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)
Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)
Keystone
Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)
Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)
Keystone
L'ex-directeur du FBI James Comey a été auditionné jeudi par le Sénat. Il a accusé notamment de «mensonges» l'administration du président Trump, qui lui aurait intimé d'abandonner un volet de l'enquête russe sur un proche. (Jeudi 8 juin 2017)
L'ex-directeur du FBI James Comey a été auditionné jeudi par le Sénat. Il a accusé notamment de «mensonges» l'administration du président Trump, qui lui aurait intimé d'abandonner un volet de l'enquête russe sur un proche. (Jeudi 8 juin 2017)
AFP
1 / 150

Donald Trump aime tweeter tôt le matin, le plus souvent en regardant la télévision. Mardi, depuis la Trump Tower où il passe quelques jours, le président américain est allé un peu trop vite: il a retweeté un message d'un homme qui le traitait de «fasciste», avant de le supprimer une vingtaine de minutes plus tard.

Cet homme répondait à un tweet de Fox News relatant que le locataire de la Maison Blanche envisageait de gracier Joe Arpaio, un ancien shérif de l'Arizona très controversé en raison de son zèle envers les clandestins.

«C'est un fasciste, ce n'est pas surprenant», a tweeté Mike Holden, avant de réaliser avec stupeur que le président américain avait partagé son message avec ses quelque 35 millions d'abonnés. «J'annonce mon retrait de Twitter, je ne ferai jamais mieux», a-t-il lancé, amusé, avant d'ajouter à sa «bio» ce message ironique: «Officiellement soutenu par le président des Etats-Unis. J'aurais aimé que ce soit flatteur».

Autre cafouillage

Donald Trump a également retweeté, puis supprimé, un dessin montrant un journaliste portant un logo CNN écrasé par un train. Ces cafouillages interviennent dans un moment délicat pour le président américain, très critiqué pour ses atermoiements après les violences qui ont secoué la petite ville de Charlottesville.

S'il a fini par dénoncer des «violences racistes» lundi, deux jours après le drame, nombre d'élus, y compris de son propre camp, ont regretté qu'il ait mis autant temps à le faire, nourrissant les interrogations sur ses rapports avec une partie de la droite alternative, ou «Alt Right».

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.