Passer au contenu principal

Etats-UnisTrump veut plus d'argent pour lutter contre le sida

Le président américain réclame davantage de moyens au Congrès pour tenir sa promesse d'éradiquer le VIH aux USA.

Trump veut réduire le nombre de nouvelles contaminations de 75% en cinq ans et de 90% en dix ans, par rapport aux quelque 38.000 contaminations annuelles aux USA.
Trump veut réduire le nombre de nouvelles contaminations de 75% en cinq ans et de 90% en dix ans, par rapport aux quelque 38.000 contaminations annuelles aux USA.
AFP

Le gouvernement de Donald Trump a demandé lundi au Congrès américain une enveloppe nouvelle de 290 millions de dollars pour concrétiser l'engagement présidentiel à mettre fin à l'épidémie de VIH/sida aux Etats-Unis en dix ans.

Le président américain avait annoncé ce plan lors du discours sur l'état de l'Union au Congrès le 5 février. Le but est de réduire le nombre de nouvelles contaminations de 75% en cinq ans et de 90% en dix ans, par rapport aux quelque 38.000 contaminations annuelles actuellement dans le pays.

La demande budgétaire vise à doper la prévention, principalement en augmentant la prise du médicament PrEP par les hommes ayant des relations homosexuelles (deux tiers des infections) et par les autres populations à risque, notamment les Noirs et les habitants de 48 comtés identifiés comme les foyers les plus actifs de l'épidémie.

«Une chose que nous pouvons tous soutenir »

Ce médicament de «prophylaxie pré-exposition» - un comprimé par jour - protège presque à 100% d'une contamination par le VIH lors d'un rapport non protégé. Le gouvernement estime que seulement 10% des gens pouvant en bénéficier le prennent. Les associations ont salué lundi la demande, mais relevé que le gouvernement avait proposé parallèlement de sabrer des budgets qui ont aussi un impact dans la lutte contre le VIH.

Ainsi la Maison Blanche demande au Congrès de réduire le budget de la recherche contre les maladies infectieuses de 769 millions de dollars.

La lutte contre le sida en dehors des Etats-Unis n'est pas non plus une priorité de l'administration Trump, qui a proposé, comme les années précédentes, de réduire le budget du programme phare Pepfar, cette fois de 29% par rapport à 2019, selon Jennifer Kates, de la Kaiser Family Foundation.

Aux Etats-Unis, c'est le Congrès qui élabore le budget fédéral, et les baisses réclamées jusqu'à présent par l'exécutif ont toujours été rejetées.

«Bien que le budget Trump inclue des coupes budgétaires que nous ne pouvons pas soutenir, mettre fin à l'épidémie de VIH est une chose que nous pouvons tous soutenir», a déclaré Carl Schmid, directeur adjoint de The Aids Institute, également coprésident du Conseil consultatif de la Maison Banche sur le VIH et le sida.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.