Trump veut partir à la conquête de l'espace

Etats-UnisJeudi, le président américain a évoqué la création d'un commandement militaire pour dominer l'espace.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump veut être prêt en cas de guerre des étoiles: le président américain a lancé jeudi un commandement militaire de l'espace, qui sera chargé d'assurer la domination des États-Unis, menacée par la Chine et la Russie, sur ce nouveau terrain de guerre.

«C'est un moment historique, un jour historique, qui reconnaît que l'espace est au centre de la sécurité nationale et de la défense de l'Amérique», a affirmé le président lors d'une cérémonie à Washington. Ce commandement, baptisé «Spacecom», «s'assurera que la domination américaine dans l'espace ne soit jamais remise en question ou menacée car nous savons que la meilleure façon d'empêcher les conflits, c'est de se préparer à la victoire», a-t-il ajouté.

Pour Donald Trump, il s'agit de combattre les ennemis des Etats-Unis qui s'attaquent aux «satellites américains qui sont si importants pour les opérations sur les terrains de guerre et pour notre style de vie». Le «Spacecom» devient le 11e commandement militaire du Pentagone, équivalent par exemple au Centcom, chargé des opérations militaires américaines au Moyen-Orient.

Après le Spacecom, Donald Trump a annoncé la prochaine création d'une «Force de l'espace» qui deviendra une sixième branche de l'armée américaine, aux côtés de l'armée de Terre, l'US Navy, l'US Air Force, le corps des Marines et celui des garde-côtes.

La «Force» sera formée au sein de l'armée de l'Air, qui supervise depuis les années 50 les opérations militaires dans l'espace. La mission du Spacecom est multiple: dissuader, défendre, offrir une capacité efficace de combat spatial et former des combattants pour la guerre dans l'espace, selon le Pentagone.

«Rester en tête»

L'objectif est d'assurer sur ce nouveau terrain de combat la suprématie des Etats-Unis, menacée par la Chine et la Russie qui ont développé leurs capacités technologiques. «Nous sommes les meilleurs du monde dans l'espace aujourd'hui, mais notre niveau de supériorité se réduit. Nous voulons avancer vite et rester en tête», a assuré le général John Raymond, qui dirigera le Spacecom, lors d'un point-presse avant l'annonce officielle.

Les menaces vont du brouillage des communications et des satellites GPS à la frappe d'un missile sol-air contre un satellite «comme l'a fait la Chine en 2007», a affirmé ce général de l'armée de l'Air. Le Spacecom travaillera avec les alliés traditionnels de Washington: le groupe des «Five Eyes» qui réunit les services de renseignement américain, néo-zélandais, britannique, canadien et australien, ainsi qu'avec l'Allemagne, le Japon et la France, qui a déjà annoncé la création prochaine d'un commandement dédié à l'espace.

«Historiquement, nous n'avions pas besoin d'alliés dans l'espace, qui était un domaine secondaire. C'est devenu très important aujourd'hui», a-t-il dit. «L'espace ne sera pas notre talon d'Achille», a renchéri Steve Kitay, ministre adjoint de la Défense chargé des affaires spatiales. Interrogé sur d'éventuelles recherches sur une vie extra-terrestre, ce dernier a précisé que «le Spacecom et la Force de l'espace se focaliser(aie)nt sur la vie sur Terre».

Donald Trump s'était attribué en mars 2018 l'idée de cette force spatiale, mais la Chambre des représentants avait voté un an plus tôt un texte prévoyant la création d'un «Corps de l'espace».

Le ministre de la Défense de l'époque, Jim Mattis, s'y était opposé publiquement, jugeant une sixième branche militaire trop onéreuse et inutile. La cheffe de l'US Air Force, Heather Wilson, avait également fait part de son opposition à cette idée. En outre, la future Force de l'espace risque de se heurter à l'opposition du Congrès, qui doit approuver son financement, estimé à huit milliards de dollars par la Maison-Blanche. (afp/nxp)

Créé: 29.08.2019, 22h52

Galerie photo

En images, la levée de boucliers contre Donald Trump

En images, la levée de boucliers contre Donald Trump Dès son investiture le 20 janvier 2016, Donald Trump a été contesté par des manifestations dans le monde entier.

Articles en relation

Trump pourrait inviter Poutine en 2020

Sommet du G7 Lors du sommet du G7 à Biarritz, le président américain a annoncé lundi qu'il pourrait inviter son homologue russe au prochain G7. Plus...

Trump prêt à rencontrer Rohani

Sommet du G7 Une rencontre entre Trump et Rohani est envisageable selon une déclaration du président américain, lundi lors du G7 à Biarritz. Plus...

Trump nie avoir suggéré de bombarder les ouragans

Etats-Unis Selon un site américain, Donald Trump s'est interrogé sur la possibilité d'utiliser le nucléaire contre les ouragans. Le président a démenti lundi. Plus...

Donald Trump change de ton sur l'Iran au G7

Moyen-Orient Le locataire de la Maison-Blanche a validé la visite surprise de Mohammad Javad Zarif dimanche à Biarritz lors du sommet du G7. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.