Trump veut contrer le «tourisme de maternité»

États-UnisA l'approche de l'élection présidentielle, le président Donald Trump fait du sujet migratoire l’une de ses priorités.

A l’approche de l’élection présidentielle de novembre, lors de laquelle Trump briguera un second mandat, ce thème clivant pourrait revenir sur le devant de la scène.

A l’approche de l’élection présidentielle de novembre, lors de laquelle Trump briguera un second mandat, ce thème clivant pourrait revenir sur le devant de la scène. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump a ouvert jeudi un nouveau front dans son combat contre l'immigration en s'attaquant au «tourisme de maternité», c'est-à-dire à ces femmes enceintes soupçonnées de se rendre aux États-Unis pour que leur enfant y bénéficie automatiquement de la nationalité américaine à la naissance.

Cette pratique controversée, qui vise à tirer profit du droit du sol très extensif en vigueur selon la loi américaine, était déjà dans le viseur des autorités. Et notamment des forces de l'ordre, qui ont démantelé plusieurs réseaux clandestins accusés de monnayer l'accouchement sur le sol américain.

L'administration Trump a elle décidé de donner un tour de vis à l'octroi de visas. A compter de vendredi, «le département d'État ne délivrera plus de visas de visite temporaire aux étrangers qui veulent entrer aux États-Unis pour du tourisme de maternité», a annoncé jeudi la Maison Blanche dans un communiqué.

Difficile à mettre en oeuvre

Les nouvelles règles visent clairement les femmes qui «se rendent aux États-Unis pour que, en donnant naissance sur le sol américain, leur enfant obtienne automatiquement et de manière permanente la nationalité américaine». Selon le texte, il revient désormais aux agents des consulats américains à travers le monde de «refuser un visa B» pour affaires ou loisir s'ils ont «une raison de croire» que la personne en faisant la demande veut en réalité uniquement donner naissance pendant son séjour.

Comment? Concrètement, cette mesure risque de s'avérer difficile à mettre en oeuvre. Face aux soupçons de refus arbitraires qui pourraient se multiplier, un responsable du département d'État américain a assuré jeudi que les agents consulaires avaient «reçu la consigne de ne pas demander à toutes les femmes demandant un visa si elles sont enceintes ou entendent tomber enceintes».

De la même manière, ils «ne seront pas autorisés à réclamer un test de grossesse». Ce responsable a reconnu que le phénomène était difficile à chiffrer, évoquant «des milliers d'enfants» nés chaque année de femmes venues grâce à un visa B. Mais il a affirmé que la tendance était à la hausse.

Réseaux clandestins

Selon une étude du Center for Immigration Studies, 33'000 naissances ont été le fruit de ce «tourisme de maternité» entre mi-2016 et mi-2017 -- sur un nombre total de 3,8 million de naissances annuelles aux États-Unis. Ce cercle de réflexion, qui plaide pour une réduction du nombre de migrants, ne relève pas d'augmentation au cours des dernières années.

La Maison Blanche a invoqué la «sécurité nationale» pour justifier le changement réglementaire, qui «va permettre de combattre ces abus endémiques et en fin de compte protéger les États-Unis». Elle a aussi expliqué que cette «industrie du tourisme de maternité» alimentait «les activités criminelles».

Certains opérateurs font payer jusqu'à 100'000 dollars, avance le département d'État. Il y a un an, les autorités judiciaires avaient annoncé le démantèlement de trois réseaux clandestins qui offraient illégalement à des ressortissantes chinoises la possibilité de venir accoucher en Californie. En Floride, ce sont parfois des Russes ou des Latino-Américaines qui viennent donner naissance à de futurs Américains.

Menace de supprimer le droit du sol

Avec son décret anti-migrants imposé au terme d'une rude bataille judiciaire, et le mur qu'il tente de bâtir à la frontière avec le Mexique, Donald Trump a fait du sujet migratoire l'une de ses priorités. A l'approche de l'élection présidentielle de novembre, lors de laquelle il briguera un second mandat, ce thème clivant pourrait revenir sur le devant de la scène.

Reste à savoir si le milliardaire républicain va réitérer sa menace de supprimer le droit du sol. Il avait dit envisager en 2018 de revenir par décret sur ce principe pourtant garanti par le 14e amendement de la Constitution américaine, en partie pour dissuader les migrantes d'Amérique centrale qui marchent de longs jours pour tenter de franchir la frontière.

«Nous sommes le seul pays au monde où, si une personne arrive et a un bébé, le bébé est citoyen des États-Unis... avec tous les avantages», avait-il déploré, même si le droit du sol est en réalité en vigueur dans une trentaine de pays. (afp/nxp)

Créé: 24.01.2020, 02h54

Articles en relation

Donald Trump s'est pris «pour un roi»

États-Unis Les procureurs démocrates se sont exprimés pendant plus de neuf heures au Congrès, jeudi lors du procès en destitution. Plus...

Revivez la visite de Donald Trump à Davos

WEF 2020 Le président américain est venu pour la deuxième fois au WEF de Davos. Et les annonces qu'il a égrainées dans la station grisonne ne sont pas forcément inopportunes. Plus...

Trump veut changer les repas dans les cantines

États-Unis L'administration Trump veut revenir sur le programme de Michelle Obama proposant des repas plus sains à l'école. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.