Passer au contenu principal

«En Tunisie, une chasse aux sorcières s'est déclarée contre les homosexuels»

Traqués, soumis de force à un «test anal», emprisonnés... Les membres de la communauté LGBT vivent un calvaire en Tunisie. Témoignages.

Le 2 mai, une quinzaine de manifestants se sont réunis devant le siège du Conseil national de l’ordre des médecins. Raison de leur contestation? Le test anal, une pratique encore très répandue en Tunisie.
Le 2 mai, une quinzaine de manifestants se sont réunis devant le siège du Conseil national de l’ordre des médecins. Raison de leur contestation? Le test anal, une pratique encore très répandue en Tunisie.
DR

El-Menzeh, le quartier chic des ambassades à Tunis. Mounir Baatour ouvre sa porte. Les traits tirés, la mine soucieuse, cet avocat de 46 ans semble crouler sous le travail. Il préside l’association Shams (soleil, en arabe) qui milite pour le droit des homosexuels et personnes LGBT en Tunisie. Au pays du Printemps arabe et de la nouvelle démocratie, le gouvernement continue à traquer sans relâche la communauté gay. En vertu de l’article 230 du Code pénal, «le crime de sodomie» est encore passible d’une peine de trois ans d’emprisonnement. Selon l’association, 47 personnes ont été arrêtées depuis le début de 2017. Une vingtaine est toujours derrière les barreaux.

«Les choses ont empiré depuis la chute de Ben Ali puis l’accès au pouvoir du parti islamo-conservateur Ennahdha, explique Mounir Baatour. L’Etat et la police persécutent les homosexuels. C’est une véritable chasse aux sorcières qui a été déclarée.»

Mounir Baatour a 18 ans quand il part à Grenoble pour poursuivre ses études de droit. C’est en France qu’il découvre sa sexualité et qu’il rencontre Laurent, avec qui il partage quinze ans de sa vie. Dans son entourage, son homosexualité reste taboue. «C’est un non-dit, on n’en parle jamais, confie l’avocat. Mais je m’estime chanceux, car j’entretiens des relations cordiales avec ma famille. La plupart des homosexuels sont reniés et expulsés de leurs maisons.» Après quelques années en France et son diplôme d’avocat en poche, Mounir rentre au pays et commence à exercer. Il fait de nombreux allers-retours entre Tunis et Paris. «Là-bas, il y avait un milieu et un tissu associatif où je pouvais m’épanouir. En Tunisie, c’est le néant.»

C’est en partie ce qui le pousse à rejoindre Shams. L’association a créé un service d’assistance sociale qui permet aux homosexuels de trouver un hébergement et un travail. Une aide juridique et psychologique gratuite a aussi été mise en place. Actuellement, Mounir Baatour défend bénévolement une dizaine de jeunes gens, risquant des peines de prison allant de quatre mois à trois ans.

Les locaux de Shams sont tenus secrets, par peur de représailles. Pourtant, le courage ne manque pas quand il s’agit de descendre dans la rue pour militer. Le 2 mai, une quinzaine de manifestants se sont réunis devant le siège du Conseil national de l’ordre des médecins. Raison de leur contestation? Le test anal, une pratique encore très répandue en Tunisie.

L’enfer du test anal

Pour «prouver» l’homosexualité d’une personne, un test anal est pratiqué par des médecins légistes réquisitionnés par l’Etat. Sans réelle validité médicale, ce contrôle consiste à rechercher «des fissures» et des signes de «dilatation», censés prouver une activité sexuelle régulière. L’examen fait office de preuve officielle pour la justice tunisienne. «C’est du grand n’importe quoi, déclare Karel Skala, chirurgien proctologue à Genève. Cette pratique n’est en aucun cas une preuve scientifique. Les fissures annales sont communes dans toutes les couches de la population. Quant à la dilatation, elle n’est présente que de manière minoritaire chez les homosexuels.» Pour le dire plus brutalement, l’ONG Human Rights Watch qualifie ce test de «torture».

Achref, un jeune homme de 24 ans, en a fait les frais l’été dernier. Alors qu’il se promenait dans les rues de Tunis, un groupe de policiers l’a arrêté. «Ils m’ont dit que j’étais trop efféminé pour être hétéro. Ils m’ont emmené au poste et enfermé dans une cellule. Le lendemain matin, ils m’ont forcé à faire un test anal qui s’est révélé négatif. Je me suis senti violé…» Défendu par Mounir Baatour, le jeune homme risque tout de même une peine de huit mois de prison. La faute de son air «trop efféminé».

«Kidnappé et tabassé»

Les kidnappings de personnes LGBT sont monnaie courante en Tunisie. Le corps de Batri, un jeune transsexuel originaire de Monastir, porte encore les traces des sévices infligés par ses agresseurs. «J’ai perdu l’usage de ma main, après avoir reçu un coup de couteau en pleine rue, sans que personne ne bouge. J’attends encore une greffe de peau.» Quelques mois plus tard, le cauchemar continue. Batri se fait kidnapper près de chez lui. «Des hommes sont sortis d’une voiture, m’ont capturé et enfermé dans une maison. Ils m’ont tabassé. L’un d’eux a essayé de me violer.» Le jeune transsexuel a réussi à s’enfuir. Un témoignage vidéo, où il raconte son histoire, est visible sur la page Facebook de l’association.

Le 3 avril, le Conseil de l’ordre des médecins a diffusé un communiqué appelant les médecins légistes «à informer les personnes qu’ils ont à examiner de leur droit de refuser l’examen anal». Une prise de position timide jugée insuffisante par Mounir Baatour. «Nous militerons tant que le gouvernement n’aura pas dépénalisé l’homosexualité et banni définitivement le test anal.» L’association a récemment reçu la grande médaille de la ville de Paris des mains de la maire Anne Hidalgo, pour son engagement en faveur des droits des LGBT.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.