Passer au contenu principal

PrésidentielleLa Tunisie retient son souffle avant le 1er tour

Le scrutin oppose notamment un publicitaire emprisonné, un Premier ministre impopulaire, ou un dirigeant du parti d'inspiration islamiste Ennahdha.

Vendredi soir, une centaine de ses partisans se sont rassemblés à deux kilomètres de la prison en périphérie de Tunis, scandant des slogans de soutien.
Vendredi soir, une centaine de ses partisans se sont rassemblés à deux kilomètres de la prison en périphérie de Tunis, scandant des slogans de soutien.
AFP

L'élection présidentielle tunisienne qui a lieu dimanche s'annonce imprévisible.

Deux candidats de second plan ont indiqué à la dernière minute s'être désistés en faveur du ministre de la Défense Abdelkarim Zbidi, tentative tardive de limiter l'éparpillement des voix dans un scrutin marqué par un foisonnement de candidatures sans clivage de programme clair. Samedi était journée de silence électoral. A l'étranger, les bureaux de vote sont ouverts depuis vendredi.

Mais la cacophonie politique continue: la campagne pour les législatives a démarré à minuit, et des militants ont commencé à coller les affiches des plus de 15'000 listes qui seront en lice le 6 octobre.

La mort fin juillet du président Béji Caïd Essebsi, à quelques mois de la fin de son mandat, a bouleversé la donne. La présidentielle, avancée de neuf semaines, a focalisé toute l'attention au détriment du scrutin législatif, qui se tiendra très probablement entre les deux tours de la présidentielle.

Huit candidats de Nidaa Tounes

L'ancien conseiller politique Mohsen Marzouk et l'homme d'affaires Slim Riahi se sont ralliés peu avant le début du silence électoral à M. Zbidi, un technocrate proche du parti dont ils sont issus, Nidaa Tounes. Victorieuse en 2014, cette formation hétéroclite s'est scindée en factions rivales depuis.

Huit candidats en sont issus, dont le Premier ministre Youssef Chahed, qui peine à défendre le bilan de ses trois ans au gouvernement. Le chômage, qui avait été l'un d'un moteurs de la révolution de 2011, reste accroché à 15%, tandis que l'augmentation continue des prix pèse sur des salaires déjà très bas.

Le repoussoir Ennadha

La justice a confirmé vendredi que l'un de ses rivaux de poids, le publicitaire Nabil Karoui, soupçonné de blanchiment d'argent et arrêté fin août, resterait en prison. S'il passait au second tour, il pourrait devenir le premier détenu dans la course finale d'une élection présidentielle. Vendredi soir, une centaine de ses partisans se sont rassemblés à deux kilomètres de la prison en périphérie de Tunis, scandant des slogans de soutien et allumant des fumigènes.

Trois autres des 26 candidats ont fini leur campagne vendredi soir sur la même avenue par des meetings festifs, donnant au centre de Tunis un air de kermesse politique bon enfant où se croisaient des militants de toutes tendances.

Parmi eux, le premier candidat à briguer la présidence sous l'étiquette du parti d'inspiration islamiste Ennahdha, Abdelfattah Mourou. Si cet avocat débonnaire à la verve appréciée est connu pour sa capacité à dialoguer, Ennahdha reste un repoussoir pour une frange des Tunisiens.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.