«La Turquie est un Etat policier en guerre contre les Kurdes»

Conflit Défenseur des droits de l’homme, Öztürk Türkdogan dénonce la politique d’Erdogan et prédit des lendemains difficiles pour lui.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Öztürk Türkdogan préside l’Association turque des droits de l’homme. Il dénonce la passivité de la communauté internationale à l’égard du président Erdogan. De passage à Genève, il souhaite alerter l’ONU.

Pourquoi êtes-vous à Genève?

Pour remettre mon rapport à l’ONU et aux diplomates afin qu’ils ne se laissent pas berner par les manœuvres du gouvernement turc. Lequel essaie de minimiser ce qui se passe depuis un an. Mais aujourd’hui, il faut ouvrir les yeux. La Turquie est devenue un Etat policier. Le pouvoir s’est lancé dans une véritable guerre.

Vous faites allusion aux combats dans les zones kurdes?

Pas seulement. Nous faisons face à une vague de répression qui vise les responsables politiques, les défenseurs des droits de l’homme et les médias. Des dizaines de journalistes ont été arrêtés, des sites d’information sont fermés, les médias sociaux sont sous contrôle. Les libertés sont bafouées. Dans les régions habitées par les Kurdes, la situation est encore plus grave et l’injustice plus criante. Il y a des couvre-feux permanents et les forces de sécurité tuent des civils.

Vous avez dressé le bilan des violences dans ces régions?

Depuis le 15 janvier, environ mille personnes ont trouvé la mort; la plupart ont été tuées par les forces militaires. Les villes de Cizre, Silopi, Nusaybin et Yuksekova ont été détruites à 50% et 500 000 personnes ont été déplacées. Cela risque d’entraîner une nouvelle vague de migrants.

L’Europe en a conscience?

Pour l’instant, l’Europe protège le gouvernement turc, qui a pactisé avec les djihadistes en Syrie. Quant à Angela Merkel, elle mène une politique très hypocrite. Tout cela ne va pas pouvoir durer. La guerre en Syrie a détourné l’attention. Mais lorsque les Etats-Unis en auront fini avec les groupes islamistes, nous pensons qu’ils vont s’occuper du cas de la Turquie et d’Erdogan.

Pourquoi le pouvoir a-t-il renoncé à négocier avec les Kurdes?

Les scores du Parti démocrate kurde (HDP) constituaient une menace pour Erdogan et son parti, l’AKP. Il fallait créer un climat de tension pour briser cet élan. A présent, le pouvoir accuse les responsables du HDP et ses six millions d’électeurs d’être proches du PKK. C’est une manipulation. Il n’est plus question de négocier avec ce mouvement, au prétexte que c’est un groupe terroriste. Mais l’argument ne tient pas. Que ce soit avec l’ETA, l’IRA ou encore les FARC, il y a bien eu un moment où les Etats concernés ont entamé des négociations.

Le conflit syrien a-t-il compliqué les choses?

Evidemment. La Turquie sait que le destin des Kurdes de Turquie et de Syrie est lié. C’est la raison pour laquelle Ankara a mis un veto à la participation du PYD (Parti kurde syrien) aux négociations de Genève. Si le statut politique des Kurdes de Syrie est reconnu, cela ouvrira une brèche. Ce que redoute Erdogan. Mais cette échéance est inéluctable au regard de la contribution kurde au recul des milices islamistes. La Turquie ne peut rien y faire. Tôt ou tard, elle sera obligée de revoir sa politique.

Pourquoi la Turquie tenait-elle tant à faire enlever la photo exposée sur la place des Nations ces jours derniers?

Par réflexe. Cela vous donne une idée de ce que nous vivons quotidiennement, mais à une autre échelle.

Créé: 28.04.2016, 08h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.