Passer au contenu principal

LondresLe compte Twitter de Scotland Yard piraté

Des hackeurs ont diffusé des messages injurieux sur le microblog de la police londonienne, après l'avoir piraté.

L'infrastructure informatique n'a pas été piratée.
L'infrastructure informatique n'a pas été piratée.
Keystone

La police de Londres a été la cible dans la nuit de vendredi à samedi de pirates informatiques qui ont utilisé son compte Twitter et sa messagerie électronique pour diffuser des messages énigmatiques ou injurieux.

«FUCK THE POLICE», peut-on lire dans un courrier électronique envoyé dans la nuit par la messagerie du service de presse de Scotland Yard, parmi d'autres emails plus ou moins compréhensibles.

Son compte Twitter (1,22 million d'abonnés) appelait dans le même temps à la libération de «Digga D», un rappeur de 19 ans, emprisonné l'an dernier avec quatre autres personnes pour avoir voulu attaquer un gang rival avec battes de baseball et machettes, selon l'agence Press Association.

Les messages pirates publiés sur Twitter ont depuis été supprimés. Scotland Yard explique que le piratage semble n'avoir concerné qu'un service externe gérant ses outils de communication.

Libération de «Digga D»

La police de Londres «utilise un fournisseur en ligne appelé MyNewsDesk pour publier des communiqués de presse et autres contenus», indique Scotland Yard dans un communiqué.

«A ce stade, nous pensons que le seul problème de sécurité concerne l'accès à notre compte MyNewsDesk», ajoute la police londonienne, assurant que sa propre «infrastructure informatique» n'a pas été piratée.

Le président américain Donald Trump a profité de l'incident pour s'en prendre à nouveau au maire de la capitale britannique, Sadiq Khan, qui fait régulièrement l'objet d'attaques du milliardaire républicain.

«Avec le maire incompétent de Londres, les rues ne seront jamais sûres!», a déclaré Donald Trump sur Twitter, en retweetant un message de Katie Hopkins, éditorialiste habituée des virulentes polémiques, sur cette affaire de piratage et la sécurité à Londres.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.