Uber attaque la Californie en justice

Etats-UnisL'entreprise américaine s'attaque à une loi californienne qui accordait de meilleures conditions sociales aux chauffeurs.

Uber a mis de côté 30 millions de dollars (29 millions de francs au cours actuel) pour organiser un vote populaire.

Uber a mis de côté 30 millions de dollars (29 millions de francs au cours actuel) pour organiser un vote populaire. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Uber, une start-up de livraison, et deux chauffeurs ont déposé plainte contre la Californie lundi pour contester une loi ratifiée par l'Etat américain en septembre, qui doit contraindre les plateformes de réservation de voitures à requalifier les conducteurs de VTC en salariés.

«Les plaignants (...) défendent leur liberté fondamentale de travailler en tant que fournisseurs de service indépendants et en tant qu'entreprises technologiques dans l'économie à la demande», détaillent-ils dans la plainte pour «violation des droits constitutionnels», publiée en ligne par la chaîne CNBC.

Cette loi, baptisée AB5, entre en vigueur le 1er janvier. Elle doit permettre aux travailleurs jusque-là considérés comme des sous-traitants de devenir des salariés et de bénéficier de meilleures conditions sociales, comme le salaire minimum ou l'assurance maladie.

Uber, le géant du secteur, avait prévenu cet automne que la requalification ne serait pas automatique et qu'il comptait s'opposer à tout changement de statut de ses conducteurs, qui lui coûterait plus cher en charges sociales.

Injustice selon Uber

Dans la plainte, Uber et ses co-plaignants accusent la loi de cibler particulièrement l'économie des employés indépendants, tout en exemptant certaines professions, comme «les représentants de commerce, les chauffeurs de camion de construction ou les pêcheurs commerciaux».

«Certains travailleurs ne sont pas concernés, comme les livreurs de lait, alors que d'autres accomplissant des tâches quasi identiques, comme de livrer des jus de fruits, sont concernés», s'indignent-ils.

Uber et son rival américain Lyft ont mis de côté 30 millions de dollars (29 millions de francs au cours actuel) chacun pour organiser un vote populaire, comme l'autorise la loi californienne, afin de remplacer cette loi par des compromis de droits sociaux qu'ils ont présentés au gouverneur de l'Etat.

Les chauffeurs, eux, sont divisés, entre ceux qui voudraient bénéficier de la même sécurité que les salariés et ceux qui souhaitent travailler aux horaires de leur choix sans les contraintes d'un emploi à plein temps.

«L'économie à la demande est un système de marché libre dans lequel les plaignants Lydia Olson et Miguel Perez (...) ont pu profiter d'opportunités pour gagner de l'argent quand ils veulent, où ils veulent, avec une indépendance et une souplesse sans précédent», argumente la plainte. (ats/nxp)

Créé: 31.12.2019, 08h04

Articles en relation

Californie: Uber doit salarier ses chauffeurs

Etats-Unis L'Etat de Californie vient de ratifier une loi faisant des chauffeurs Uber et Lyft des salariés. Les leaders américains des VTC veulent répliquer en organisant un vote populaire. Plus...

Uber menace de quitter la Suisse

Suisse Uber ne veut pas être reconnue comme employeur de ses chauffeurs car elle devrait dans ce cas payer des cotisations sociales. Plus...

Genève interdit à Uber d'opérer sur son canton

Genève Le conseiller d'Etat Mauro Poggia annonce que l'analyse juridique a conforté la position de l'Etat. Les chauffeurs devraient être employés. Uber va recourir contre cette décision. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.