UE: accord provisoire sur la relation post-Brexit

Royaume-UniL'Union Européenne et le Royaume-Uni visent «un partenariat économique ambitieux et équilibré». Theresa May défend déjà l'accord outre-Manche.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président du Conseil européen Donald Tusk a annoncé jeudi avoir envoyé aux 27 Etats-membres de l'Union européenne (UE) le projet de déclaration politique qui doit définir les relations futures entre l'UE et le Royaume-Uni après le Brexit.

«Le président de la Commission (européenne, Jean-Claude Juncker) m'a informé du fait que cette déclaration a été approuvée au niveau des négociateurs et adoptée en principe au niveau politique, moyennant l'approbation par les dirigeants» des 28 lors du sommet extraordinaire prévu dimanche à Bruxelles, a indiqué M. Tusk sur Twitter.

Les équipes de négociations de l'UE et du Royaume-Uni ont conclu un accord sur le cadre de leurs liens post-Brexit. Il prend la forme d'un projet de «déclaration politique». Ce texte, qui sera joint au traité de retrait du Royaume-Uni, «établit les paramètres d'un partenariat ambitieux, large, approfondi et flexible» en matière commerciale, de politique étrangère, de défense et de sécurité, selon le texte de 26 pages vu par l'AFP.

Ce texte prévoit que la période de transition après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne le 29 mars 2019 puisse être prolongée de «un an jusqu'à deux ans». Dans la foulée, le gouvernement britannique a annoncé que la Première ministre Theresa May s'exprimera devant les députés à la Chambre des communes plus tard dans la journée.

L'accord n'a en tout cas pas l'heur de plaire à la dirigeante écossaise indépendantiste Nicola Sturgeon, qui dénonce un «Brexit aveugle», avec de nombreux problèmes qui n'ont pas encore trouvé de solutions.

«Les questions de Gibraltar et de la pêche» doivent «encore être résolues», a prévenu jeudi la Commission européenne. «C'est aux Etats membres (de l'UE) de travailler et d'arriver à une validation dimanche» de l'accord, a déclaré le porte-parole de la Commmission européenne, Margaritis Schinas, lors d'un point presse à Bruxelles.

La livre bondit

La livre britannique a bondi de plus de 1% jeudi face au dollar après l'annonce d'un accord provisoire entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sur la relation post-Brexit.

La devise n'est néanmoins pas revenue à son niveau d'avant sa lourde chute de jeudi dernier, lorsqu'elle avait plongé suite à la démission de plusieurs membres du gouvernement britannique.

Vers 10H40 GMT (11H40 à Paris), la livre s'échangeait à 1,2917 dollar, contre 1,2778 dollar mercredi vers 22H00 GMT. Elle cotait en outre 88,51 pence pour un euro à 10H40 GMT contre 89,09 pence la veille.

Theresa May défend l'accord

Le projet d'accord sur le Brexit est le «bon accord» pour le Royaume-Uni, a déclaré jeudi la Première ministre britannique Theresa May devant Downing Street.

«C'est le bon accord pour le Royaume-Uni. Il met en oeuvre le résultat du référendum» de juin 2016 sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE, prévue le 29 mars 2019, a déclaré la cheffe de gouvernement, peu après l'annonce d'un accord provisoire sur la relation future entre Londres et l'UE qui doit être approuvée dimanche en même temps que l'accord de divorce lors d'un sommet à Bruxelles.

«Les Britanniques veulent que cela soit réglé. Ils veulent un accord qui nous prépare pour un avenir meilleur. Cet accord est à notre portée et je suis déterminée à le mettre en oeuvre», a déclaré la Première ministre qui s'apprêtait à rencontrer le chancelier autrichien Sebastian Kurz dont le pays occupe la présidence tournante de l'UE.

Gibraltar à résoudre

Mme May doit ensuite faire une déclaration devant les députés dans l'après-midi. Mercredi soir, elle s'est entretenue au téléphone avec son homologue espagnol, Pedro Sanchez qui menace de voter contre le projet d'accord sur le Brexit lors du sommet européen de dimanche si celui-ci n'était pas modifié.

L'Espagne reproche au projet d'accord de ne pas inscrire noir sur blanc que le pays disposera d'un droit de veto sur les négociations futures concernant Gibraltar, enclave britannique située dans le sud du pays dont Madrid revendique la souveraineté.

«Hier soir, j'ai parlé au Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, et je suis confiante sur le fait que nous pourrons nous mettre d'accord dimanche sur un accord qui concerne l'ensemble de la famille britannique, y compris Gibraltar», a déclaré Theresa May.

Un responsable du gouvernement britannique a indiqué à l'AFP que le cas de Gibraltar n'était «en aucun cas résolu» et que «les 27 devaient se mettre d'accord». (afp/nxp)

Créé: 22.11.2018, 14h12

Galerie photo

Brexit: le Royaume-Uni va bel et bien divorcer de l'UE

Brexit: le Royaume-Uni va bel et bien divorcer de l'UE Le Royaume-Uni et l'Union européenne ont trouvé un accord réglant les modalités de leur divorce, ce 17 octobre 2019.

Articles en relation

Pas de percée dans les négociations du Brexit

Bruxelles La première ministre britannique s'est entretenue mercredi avec la Commission européenne pour la «relation future» dans le cadre du Brexit. Plus...

L'Espagne menace à son tour de bloquer l'accord

Brexit La Première ministre britannique doit faire face à un nouvel adversaire pour finaliser la sortie de l'UE. Plus...

Theresa May doit affronter Londres et Bruxelles

Brexit La Première ministre britannique va s'entretenir avec le président de la Commission européenne sur la «relation future» entre le Royaume-Uni et l'UE. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.