L'UE planche sur un report du divorce

BrexitLes dirigeants européens planchaient jeudi sur une proposition de report au 22 mai du Brexit.

L'accord sur le Brexit est rejeté.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A huit jours de la date butoir, les dirigeants européens planchaient jeudi sur une proposition de report au 22 mai du Brexit. Mais à une condition: le feu vert des députés britanniques «la semaine prochaine» à l'accord de divorce qu'ils ont déjà repoussé par deux fois.

Theresa May, aux abois, leur a demandé d'accepter un décalage jusqu'au 30 juin. But: avoir le temps de convaincre ses parlementaires et éloigner le spectre d'un divorce brutal aux lourdes conséquences.

Mais cette extension serait bien trop longue aux yeux des Européens, réunis en sommet jusqu'à vendredi. Dans un projet de conclusions vu par l'AFP, les dirigeants des 27 fixent la date butoir au 22 mai, soit la veille du début des élections européennes.

«Le Conseil européen s'engage à accepter, avant le 29 mars 2019, un report jusqu'au 22 mai 2019, à condition que l'accord de retrait soit approuvé par la Chambre des Communes (britannique) la semaine prochaine», est-il écrit dans ce texte. «Puisque le Royaume-Uni n'a pas l'intention d'organiser des élections européennes, aucun report n'est possible au-delà de cette date», dit encore ce document.

«Graves risques»

La Commission européenne avait mis en garde contre les «graves risques juridiques et politiques pour l'UE» d'un report au-delà des élections. Car le Royaume-Uni serait tenu d'organiser le scrutin européen même s'il se retire ensuite avant la session inaugurale du Parlement, début juillet.

S'il ne le faisait pas, il mettrait en péril la légalité du nouveau Parlement avec le risque d'une paralysie durable du fonctionnement de l'UE, selon l'exécutif européen.

La première ministre britannique s'est exprimée pendant plus d'une heure devant des dirigeants des 27, lassés des atermoiements britanniques et décidés à poser leurs conditions à un court décalage du divorce. Ils lui ont posé «de nombreuses questions», selon une source européenne. Le président français Emmanuel Macron a mis en garde les Britanniques à son arrivée au sommet: «en cas de vote négatif britannique, nous irions vers un no deal».

«Issue de secours»

Les députés britanniques ont déjà rejeté massivement à deux reprises le Traité de retrait de l'UE, mais Mme May n'a pas perdu l'espoir de les voir changer d'avis. Jeremy Corbyn, le chef du Labour, principal parti d'opposition britannique, également à Bruxelles jeudi, où il a rencontré le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, a évoqué lundi ou mardi pour un nouveau vote. Il a exclu de se ranger derrière l'accord de Mme May.

«Nous ne pensons pas que c'est la bonne voie et cherchons une alternative qui puisse rassembler une majorité au parlement», a-t-il dit à la presse. En cas d'échec du troisième vote, le «no deal» apparaît comme l'issue par défaut, ont mis en garde les Européens, synonyme de chaos économique potentiel.

Le patronat et les syndicats britanniques ont supplié jeudi Mme May de changer d'approche face à ce qu'ils estiment être une situation d'«urgence nationale». Mais la dirigeante a rejeté la responsabilité de l'impasse sur les députés, dans une allocution à destination de la population britannique.

«Même si l'espoir d'un succès final peut paraître fragile, voire illusoire, et bien que la fatigue du Brexit soit de plus en plus visible et justifiée, nous ne pouvons renoncer à rechercher jusqu'au tout dernier moment une solution positive», a promis le président du Conseil européen Donald Tusk. «On ne cherche plus une porte de sortie, on cherche une issue de secours», a estimé de son côté le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel.

Nouveau sommet?

Si le parlement britannique rejetait à nouveau ce texte, l'UE serait-elle toujours prête à accorder un report du Brexit, forcément plus long? «Il faudrait un changement politique profond pour qu'il y ait autre chose qu'une prolongation technique», a prévenu le président Macron, un diplomate précisant qu'il faisait allusion à de nouvelles élections ou un nouveau référendum.

«Si la semaine prochaine il n'y a pas de vote ou pas de vote positif au parlement britannique, dans ce cas, il faudra voir s'il faut une nouvelle rencontre du Conseil européen» avant le 29 mars, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel.

Pendant ce temps au Royaume-Uni, une pétition en ligne demandant au gouvernement de renoncer au Brexit a dépassé le million de signatures jeudi, engrangeant un succès fulgurant au lendemain de son lancement. Victime de sa popularité, la page de la pétition lancée sur le site du Parlement britannique était en maintenance. (ats/nxp)

Créé: 21.03.2019, 18h47

Galerie photo

Brexit: le Royaume-Uni va bel et bien divorcer de l'UE

Brexit: le Royaume-Uni va bel et bien divorcer de l'UE Le Royaume-Uni et l'Union européenne ont trouvé un accord réglant les modalités de leur divorce, ce 17 octobre 2019.

Articles en relation

Succès fulgurant d'une pétition anti-Brexit

Grande-Bretagne Un texte demandant à Londres de renoncer au Brexit a recueilli près de 700 000 signatures un jour après son lancement. Plus...

Sans accord, Londres et l'UE perdraient beaucoup

Brexit Une étude montre que les régions les plus proches du Royaume-Uni seront les plus touchées par le Brexit. Et cela se comptera en milliards. Plus...

Brexit: un court report «possible»

Sommet européen Les dirigeants des pays de l'UE sont prêts à accorder au Royaume-Uni une «courte extension» de la période précédant son départ. Plus...

Immobilier: pas d'impact attendu avec le Brexit

Suisse Le Brexit ne débouche pas sur un apport massif d'acheteurs britanniques dans l'immobilier de luxe en Suisse, contrairement à des villes comme Paris ou Berlin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...