Dans l’UE, qui tient encore aux Britanniques?

Sommet européenAlors que le crucial sommet de l’UE a débuté jeudi, un sondage s’intéresse à la perception qu’ont les Européens du «Brexit».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tiendra, tiendra pas? L’accord passé entre le président du Conseil européen Donald Tusk et le premier ministre britannique David Cameron pour accorder des concessions au Royaume-Uni et éviter que le pays ne sorte de l’UE doit passer à la moulinette jeudi au sommet de l’Union européenne. On le sait, avant même que ne débutent les débats, de nombreux gouvernements se montraient peu disposés à dérouler le tapis rouge devant Cameron et ses exigences.

Est-ce l’importance de l’échéance? Les Britanniques semblent soudain s’intéresser à savoir ce que les Européens pensent d’eux. Un sondage Lord Ashcroft, réalisé auprès de 28 000 votants représentatifs de tous les Etats membres de l’UE, met en exergue le fait que le Royaume-Uni est le pays qui bénéficie de la meilleure image en Europe, après la Suède, avec un indice de 72% d’avis positifs. Ouf, l’ego national est sauf!

Mais une autre question aborde l’importance de voir le pays rester membre ou non de l’UE. Et là, les avis sont beaucoup plus intéressants. Si globalement, 60% des Européens souhaitent que les Britanniques ne commettent pas leur «Brexit», les résultats montrent de sérieuses nuances entre les pays. Une grande majorité des Etats de l’Est, tout comme l’Espagne et le Portugal, se disent favorables au maintien des Britanniques dans l’UE avec une majorité à plus de 70% des cas. Logique: perdre le Royaume-Uni, ce serait perdre des opportunités de travail, peut-on supputer sur la base de ces résultats.

Mais d’autres pays semblent n’avoir pas grand-chose à faire d’un «Brexit». 50% des Français sont soit indifférents (32%) ou favorables (18%) à la sortie du Royaume-Uni, un résultat qui s’apparente à celui des Grecs. A noter que dans la plupart des pays (sauf en Allemagne et en Espagne notamment) une majorité trouve bonne la proposition britannique de donner plus de pouvoir aux parlements nationaux pour bloquer des décisions européennes. Une tendance similaire, mais avec des nuances, se dégage sur les restrictions de l’accès aux aides sociales pour les migrants inter-UE. Même les travailleurs de l’Est, souvent accusés par les tabloïds anglais de profiter de ces aides, ne verraient pas une hérésie d'accorder cette faveur à Londres.

Créé: 18.02.2016, 19h32

Cliquer sur l'image pour ouvrir le pdf

Articles en relation

«Brexit or not Brexit?» Semaine cruciale pour l'Union européenne

Europe L’avenir du Royaume-Uni au sein de l’UE se joue en partie jeudi et vendredi à Bruxelles Plus...

Les Britanniques prêts à se séparer de l’Europe

Royaume-Uni Attentats, réfugiés, Grèce… L’UE a de moins en moins la cote outre-Manche. David Cameron peut-il encore éviter le «Brexit»? Plus...

Cameron choisit le parlement pour lancer sa campagne contre le Brexit

Royaume-Uni Le premier ministre britannique a défendu ce mercredi l’accord conclu mardi avec Bruxelles. Le référendum pourrait avoir lieu en juin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...