Passer au contenu principal

InformatiqueL'Ukraine a recensé 6500 piratages en deux mois

Le président Petro Porochenko pointe du doigt les services secrets russes.

Kiev doit chercher à convaincre la Cour internationale de Justice lundi que Moscou soutient le «terrorisme». (Lundi 5 mars 2017)
Kiev doit chercher à convaincre la Cour internationale de Justice lundi que Moscou soutient le «terrorisme». (Lundi 5 mars 2017)
Keystone
Le FMI et l'Ukraine sont parvenus à un accord préliminaire pour verser une nouvelle aide à ce pays en proie à la crise et à la violence. (Samedi 4 mars 2017)
Le FMI et l'Ukraine sont parvenus à un accord préliminaire pour verser une nouvelle aide à ce pays en proie à la crise et à la violence. (Samedi 4 mars 2017)
Keystone
A firefighter clears debris in Avdiivka after heavy shelling by pro-Russian rebels on February 25, 2017.Sixteen Ukrainian soldiers were wounded within a 24-hour period in clashes with pro-Russian rebels in the conflict-torn east, despite a fresh truce struck last week, the army said. / AFP PHOTO / ANATOLII STEPANOV
A firefighter clears debris in Avdiivka after heavy shelling by pro-Russian rebels on February 25, 2017.Sixteen Ukrainian soldiers were wounded within a 24-hour period in clashes with pro-Russian rebels in the conflict-torn east, despite a fresh truce struck last week, the army said. / AFP PHOTO / ANATOLII STEPANOV
Keystone
1 / 131

Des pirates informatiques s'en sont pris aux institutions ukrainiennes à 6500 reprises au cours des deux derniers mois, a déclaré jeudi le président ukrainien Petro Porochenko. Il a pointé les services secrets russes.

Les ministères ukrainiens des finances et de la défense et le trésor ont ainsi subi des cyberattaques au cours du mois écoulé. Une attaque informatique est sans doute aussi à l'origine d'une vaste coupure du réseau électrique, qui a plongé dans le noir une partie de Kiev, la capitale.

«Des actes de terrorisme et de sabotage contre des infrastructures stratégiques restent possibles aujourd'hui», a dit Petro Porochenko lors d'une réunion du conseil national de sécurité et de défense, selon un communiqué diffusé par la présidence.

Cyberguerre

«L'enquête sur un certain nombre d'incidents suggère la complicité directe ou indirecte des services de sécurité russes qui mènent une cyberguerre contre notre pays», a souligné le chef de l'Etat.

La Russie, qui a annexé en mars 2014 la péninsule ukrainienne de Crimée, soutient les séparatistes de l'est de l'Ukraine en guerre contre le pouvoir central.

Selon un rapport de la firme de cybersécurité CrowdStrike, diffusé le 22 décembre, les Fancy Bear, un groupe de pirates informatiques russes, ont réussi à espionner des unités de l'artillerie ukrainienne de fin 2014 à 2016 au moyen de logiciels malveillants implantés dans des équipements technologiques, fonctionnant sous Android.

La Russie est aussi soupçonnée de nombreux piratages informatiques par l'administration de Barack Obama aux Etats-Unis. Washington accuse Moscou d'avoir piraté le parti démocrate dans le but de favoriser l'élection de Donald Trump à la présidence.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.