Trump se félicite de débats «extrêmement productifs»

Sommet du G7Le président américain a proposé à ses partenaires une zone de libre-échange du G7, sans tarifs, subventions ni barrières.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président américain Donald Trump s'est félicité samedi de débats «extrêmement productifs» sur le commerce avec ses homologues, en conclusion d'un sommet du G7 au Canada dominé par le conflit sur les tarifs douaniers.

Il a expliqué, lors d'une conférence de presse finale avant de quitter La Malbaie, avoir proposé à ses partenaires une zone de libre-échange du G7, sans tarifs, subventions ni barrières. Le président américain a également attribué une note de 10 sur 10 à la qualité de ses relations avec les autres dirigeants, citant particulièrement Justin Trudeau, Emmanuel Macron et Angela Merkel.

Jusqu'au bout, les délégations américaine, canadienne, française, allemande, italienne, britannique et japonaise ont tenté d'accoucher d'un communiqué commun. Le texte doit conclure deux jours de débats à La Malbaie, petite ville touristique surplombant le majestueux Saint-Laurent au Québec (est du Canada).

Principal point litigieux, le commerce évidemment. Il s'agit de la première réunion du G7 après l'entrée en vigueur de taxes américaines sur l'acier et l'aluminium importés.

Les Européens ont en outre rapidement enterré l'idée, proposée par Donald Trump, d'un éventuel retour de la Russie au sein du groupe dont elle a été exclue en 2014 après l'annexion de la Crimée. «Un retour de la Russie dans le format G7 n'est pas possible tant que nous ne verrons pas de progrès substantiels en relation avec le problème ukrainien», a déclaré Angela Merkel.

Chiffres et litanies

Précédé par des tweets rageurs sur les accords «injustes» qui plombent le commerce américain, Donald Trump a fait bonne figure pour la photo de famille. Il s'est aussi fendu de quelques amabilités pour son hôte, le Premier ministre Justin Trudeau, et pour le président français Emmanuel Macron, son «ami».

Mais à croire deux sources des négociations, chacun a campé sur ses positions lors de la principale réunion de travail, les Européens tentant d'opposer des arguments chiffrés à une «longue litanie de récriminations» du président américain. Un moment «rugueux» mais peut-être «salutaire» pour «crever l'abcès», a voulu croire une source française.

La chancelière allemande, qui a eu un aparté avec le milliardaire américain, a tenté de calmer les esprits sur le commerce en proposant selon une source française d'ouvrir un dialogue bilatéral entre les Etats-Unis et l'Union européenne. Elle entendrait y défendre l'idée d'un «mécanisme d'évaluation partagé» entre Américains et Européens.

Le but étant de «prévenir toute autre crise dans un autre secteur que l'acier et l'aluminium», qui ne pèsent pas bien lourd dans les échanges transatlantiques. Berlin redoute plus que tout une offensive américaine contre la puissante industrie automobile allemande.

La tête vers Pyongyang

Difficile toutefois, au vu des tensions, d'imaginer un «communiqué commun» dans la grande tradition des réunions du G7, faisant la liste des bonnes intentions des puissants de ce monde en matière économique, diplomatique et environnementale. Donald Trump lui-même a dit croire à la publication d'un tel texte. Les membres des différentes délégations évoquent plutôt un compromis.

Cela prendrait concrètement la forme d'un texte signé à sept mains pour certaines parties consensuelles, et réservant certains paragraphes séparés à l'opinion dissidente des Etats-Unis sur les points les plus sensibles: le commerce, mais aussi les accords sur l'Iran et le climat, dont Donald Trump a claqué la porte.

Une autre hypothèse serait la publication d'une «déclaration» signée de la seule présidence canadienne du G7 et actant les désaccords - une différence aussi importante pour les diplomates qu'elle est subtile pour le grand public.

Tête vers Pyongyang

Communiqué final ou pas, le G7 mènera samedi diverses séances de travail, par exemple sur le climat, avant de se conclure dans l'après-midi par les conférences de presse des chefs d'Etat et de gouvernement. Sauf Donald Trump: dernier arrivé au Québec vendredi matin, il sera le premier à en repartir samedi au bout de seulement vingt-quatre heures.

Le président américain a rendez-vous mardi avec Kim Jong-un à Singapour. Donald Trump n'a jamais caché que ce sommet historique sur la «dénucléarisation» de la Corée du Nord l'intéressait bien davantage que les discussions avec les vieux alliés des Etats-Unis. (afp/nxp)

Créé: 09.06.2018, 06h57

Articles en relation

Le sommet inspire bars et restos de Singapour

Diplomatie Le secteur de la restauration a créé des petits plats et des cocktails en rapport avec le sommet historique entre Trump et Kim. Plus...

Trump face à des alliés très remontés

Sommet du G7 Avant le début du G7 au Canada, Justin Trudeau et Emmanuel Macron ont mis en garde Donald Trump, qui a répliqué. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 août.
(Image: Bénédicte? ) Plus...