Passer au contenu principal

Universitaires interdits de voyage à l'étranger

Le gouvernement continue à prendre des mesures après le putsch qui a secoué le pays, vendredi.

La Turquie commémore lundi la mise en échec d'une sanglante tentative de coup d'Etat visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan. (15 juillet 2019)
La Turquie commémore lundi la mise en échec d'une sanglante tentative de coup d'Etat visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan. (15 juillet 2019)
AFP
Les autorités turques ont émis vendredi des mandats d'arrêt contre plus de 200 militaires. (14 décembre 2018)
Les autorités turques ont émis vendredi des mandats d'arrêt contre plus de 200 militaires. (14 décembre 2018)
Keystone
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, dénonce à la télévision un «soulèvement d'un minorité au sein de l'armée». Ici, un militaire près de la célèbre place Taksim, à Istanbul. (15 juillet 2016)
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, dénonce à la télévision un «soulèvement d'un minorité au sein de l'armée». Ici, un militaire près de la célèbre place Taksim, à Istanbul. (15 juillet 2016)
Reuters
1 / 151

Les autorités turques continuent les purges et mesures de contrôle dans le pays après le putsch avorté du week-end. Le Haut conseil turc de l'enseignement (YÖK) a interdit mercredi à tous les universitaires du pays de se rendre à l'étranger jusqu'à nouvel ordre, rapporte la télévision d'Etat TRT.

Le YÖK demande par ailleurs que la situation des universitaires se trouvant actuellement en mission à l'étranger soit examinée «d'urgence» et qu'ils soient rappelés en Turquie dans les plus brefs délais, sauf «nécessité impérieuse», selon l'agence publique Anadolu.

Les recteurs des universités sont également priés d'«examiner d'urgence la situation de tous les membres du personnel académique et administratif liés au FETÖ/PDY», acronymes désignant le réseau du prédicateur Fethullah Gülen. Ils devront établir un rapport d'ici le 5 août.

Ancien allié du président Recep Tayyip Erdogan, puis devenu son pire ennemi, M. Gülen est accusé par le gouvernement d'être l'instigateur du putsch. En exil aux Etats-Unis, il a formellement démenti toute implication.

Des milliers d'enseignants

Mardi déjà, les autorités ont pris une série de mesures frappant le monde de l'éducation et de l'enseignement supérieur. Le YÖK a ainsi demandé mardi la démission des 1577 doyens d'universités publiques et rattachées à des fondations privées, selon Anadolu.

Quelque 21'000 enseignants travaillant dans des établissements privés ont reçu une interdiction d'exercer. Ces derniers jours, les autorités turques ont également suspendu 15'200 employés du ministère de l'Education soupçonnés d'être liés à M. Gülen.

Les purges après la tentative de coup d'Etat militaire de vendredi soir ont d'ores et déjà touché des milliers de personnes au sein des forces armées, de la police, de l'appareil judiciaire et des services de renseignement. Même le cabinet du Premier ministre et la Direction des affaires religieuses sont concernés.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.