Les USA contribuent au fonds vert de l'ONU

ClimatWashington a annoncé mardi une contribution de 500 millions de dollars sur un engagement de trois milliards.

La Maison Blanche. (Janvier 2017)

La Maison Blanche. (Janvier 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'administration sortante du président Barack Obama a annoncé mardi une contribution d'un demi-milliard de dollars au fonds vert de l'ONU pour le climat, sur un engagement total de trois milliards, trois jours avant de passer la main à l'administration de Donald Trump.

L'accord de Paris sur le climat de la fin 2015 a été l'une des réussites du président Obama, tandis que son successeur Donald Trump s'est montré particulièrement sceptique sur la lutte internationale contre le réchauffement.

Promesse de trois milliards

Un an avant l'accord de la COP 21 à Paris, l'administration Obama avait annoncé en novembre 2014 une promesse de contribution de trois milliards de dollars pour ce fonds vert de l'ONU pour le climat.

Mardi, trois jours avant l'investiture de Donald Trump comme 45e président des Etats-Unis, le département d'Etat a indiqué qu'il avait fait une contribution «de 500 millions de dollars supplémentaires au fonds vert pour le climat», après un demi-milliard de dollars déjà versé il y a un an.

Ce fonds représente «la plus grande institution financière multilatérale du monde consacrée» à la lutte contre le réchauffement climatique, s'est félicitée la diplomatie américaine, soulignant que «plus de 180 pays avaient mis sur pied des programmes pour réduire leurs émissions».

Quid de la prochaine administration?

Le futur patron de la diplomatie américaine nommé par Donald Trump, l'ex-PDG du géant pétrolier ExxonMobil Rex Tillerson, avait jugé «important», la semaine dernière devant le Congrès, que les Etats-Unis restent impliqués dans la lutte internationale contre le réchauffement climatique.

«Aucun pays ne peut régler seul ce problème», avait insisté Rex Tillerson, laissant entendre qu'il était favorable à ce que Washington reste partie prenante à l'accord de Paris conclu en décembre 2015 par 195 pays et pour lequel le président Obama avait joué un rôle crucial.

En revanche, le futur président Trump a été beaucoup plus équivoque: il avait promis durant sa campagne de faire sortir Washington de l'accord sur le climat, avant d'être plus nuancé une fois élu en se déclarant «ouvert sur cette question».

Créé: 18.01.2017, 00h43

Articles en relation

Le futur chef de la diplomatie se démarque de Trump

Etats-Unis Rex Tillerson, audité par le Sénat, n'est pas sur la même ligne que Trump sur la Russie et le climat. Plus...

Le réchauffement n'avait pas ralenti

Climat Le ralentissement du réchauffement climatique entre 1998 et 2014 n'était qu'une illusion, montre une étude américaine. Plus...

Les perturbations climatiques inquiètent les milieux économiques

Etude Editorial Selon le WEF, les risques principaux en 2017 sont liés à l’environnement, puis aux migrations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.