Les USA en pourparlers avec les rebelles Houthis

Yémen Des négociations ont lieu entre les Etats-Unis et les Houthis afin d'essayer de trouver une issue au conflit qui opposent ces derniers à la coalition menée par l'Arabie Saoudite.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Washington est en discussion avec les rebelles chiites Houthis pour tenter de trouver une solution à la guerre au Yémen, a déclaré jeudi un diplomate américain de haut rang. C'est la première fois qu'un responsable américain évoque publiquement de tels pourparlers.

«Nous avons (...) des pourparlers dans la mesure du possible avec les Houthis pour essayer de trouver une solution négociée mutuellement acceptable au conflit», a déclaré à la presse David Schenker, assistant du secrétaire d'Etat américain au Proche-Orient.

«Nous nous concentrons (...) sur les efforts visant à mettre fin à la guerre au Yémen», a-t-il ajouté. Les Etats-Unis «travaillent» avec l'émissaire de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths «et nous sommes en contact étroit avec nos partenaires saoudiens», a précisé le responsable américain lors d'une conférence de presse dans la base aérienne d'Al-Kharj, au sud de Ryad.

Négocier un cessez-le-feu

L'Arabie saoudite est à la tête d'une coalition qui intervient militairement au Yémen depuis mars 2015 contre les Houthis soutenus par l'Iran. Le Wall Street Journal (WSJ) a rapporté mercredi que les Etats-Unis s'apprêtaient à entamer des pourparlers directs avec les rebelles chiites.

L'initiative intervient après l'intensification par les Houthis des attaques de missiles et de drones contre l'Arabie saoudite et sur fond de tensions régionales. Selon le WSJ, citant des responsables familiers avec ce dossier, Washington «cherche à inciter l'Arabie saoudite à prendre part à des pourparlers secrets à Oman avec les dirigeants Houthis dans le but de négocier un cessez-le-feu».

«Inquiétudes grandissantes»

L'équipe de négociateurs américains sera dirigée par Christopher Henzel, un diplomate chevronné qui est devenu le premier ambassadeur de l'administration Trump au Yémen en avril, selon le WSJ.

Sous l'administration de Barack Obama, les responsables américains ont eu de brefs contacts avec les Houthis en juin 2015 afin de les convaincre d'assister à pourparlers de paix parrainés par l'ONU à Genève. La conférence de Genève et d'autres négociations n'ont pas réussi à mettre fin au conflit au Yémen.

«Il y a aussi des inquiétudes grandissantes à Washington sur le fait que l'Arabie saoudite ne veut pas sérieusement mettre fin au conflit», écrit le Wall Street Journal. (ats/nxp)

Créé: 05.09.2019, 16h03

Conflit au Yémen du sud: Ryad parle d'une «menace» sur sa «sécurité»

L'Arabie saoudite a parlé d'une «menace sur la sécurité» du royaume en dénonçant pour la première fois le conflit dans le Yémen du sud entre l'armée qu'elle soutient et les séparatistes, a annoncé jeudi l'agence de presse officielle SPA.
«L'Arabie saoudite assure que toute tentative de déstabilisation du Yémen constitue une menace sur la sécurité et la stabilité du royaume et de la région et qu'elle n'hésitera pas à y faire face avec fermeté», selon SPA.

Articles en relation

Plus de 100 morts dans une frappe de la coalition

Yémen Un centre de détention contrôlé par les rebelles Houthis a été la cible d'une frappe meurtrière de la coalition emmenée par l'Arabie saoudite dimanche. Plus...

Les Émirats confirment des raids antiterroristes

Yémen Les Émirats arabes unis ont déclaré jeudi avoir mené des frappes dans la ville d'Aden, mais en prenant pour cibles des «milices terroristes». Plus...

Les séparatistes reprennent la ville d'Aden

Yémen Les forces gouvernementales qui avaient repris la veille la grande ville du Sud en ont été chassées par les séparatistes yéménites. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.