Valls n'exclut pas d'être candidat face à Hollande

PrimaireCette possibilité pourrait créer une situation institutionnelle inédite.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Manuel Valls continue à défier François Hollande en n'excluant pas de se présenter face à lui à la primaire du PS, pression supplémentaire sur un chef de l'État sur le point de se lancer qui crée une situation institutionnelle inédite.

À ses yeux, «le contexte a changé», sous-entendu en défaveur du chef de l'État, qui doit dire d'ici au 15 décembre -date limite du dépôt des candidatures à la primaire du PS- s'il brigue, comme en sont persuadés ses proches, un second mandat.

«L'heure est venue» pour Hollande «de relever ce défi» d'une nouvelle candidature, «c'est son devoir», l'a exhorté dimanche soir son ami Julien Dray.

Manuel Valls a ainsi emboîté le pas de son désormais «ami» Claude Bartolone qui, toujours aussi en colère contre François Hollande après ses confidences peu amènes sur lui, a joué samedi les trouble-fête lors d'un rassemblement «rouge-rose-vert» organisé par Martine Aubry. Il a ainsi plaidé pour un «électrochoc», avec une primaire incluant Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, François Hollande... et le chef du gouvernement.

Hérésie institutionnelle

Un président de la République et son Premier ministre concourant dans la même compétition? Une hérésie institutionnelle aux yeux de beaucoup. «Irresponsable, pas crédible», a dénoncé le député PS pro-Hollande Kader Arif.

Cette sortie de Claude Bartolone a au contraire ravi les vallsistes, le maire d'Évry Francis Chouat y voyant «la preuve que la seule évidence, c'est qu'il n'y a plus d'évidence institutionnelle».

Le chef de l'État n'a-t-il pas lui-même bousculé les règles en se disant dès juin prêt à en passer par la case primaire? Une situation là aussi totalement inédite pour un président sortant, soulignent d'autres.

Rumeurs de démission

Dans la soirée, les rumeurs sur une très prochaine démission de Valls ont agité la twittosphère. «Valls déjeunera comme prévu lundi avec Hollande avant d'aller en Tunisie», se sont empressés de démentir de concert auprès de l'AFP les entourages des deux hommes.

Un ministre proche de Manuel Valls semblait d'ailleurs tempérer les ardeurs de certains vallsistes prêts au «putsch»: «Une candidature de Hollande et de Valls, c'est peu probable. Valls est équilibré, il n'est pas dans un tout ou rien», sous-entendu contrairement à Emmanuel Macron, qui a claqué la porte du gouvernement fin août.

«Maintenant», lâche aussitôt ce même ministre, «ce serait mieux pour tout le monde si le président renonçait et laissait Valls y aller». Valls «n'a jamais eu un mot» contre Hollande, a assuré dimanche soir le très vallsiste Jean-Marie Le Guen.

Valls était «déjà allé trop loin» , pour Macron

«Hollande renoncer? C'est mal connaître l'animal politique qu'il est. Tout le monde a compris que Valls voulait le pousser dehors, mais le président ne se laissera influencer par personne. Et puis, si Valls y va, il n'est plus Premier ministre», rétorque un ministre hollandais.

Emmanuel Macron n'a pas manqué lui d'ironiser sur le fait que Valls était «déjà allé trop loin» et devait «prendre ses responsabilités». «On ne ne peut pas être à la fois Premier ministre et candidat à la primaire», a renchéri Arnaud Montebourg, qui se verrait bien affronter Hollande à la primaire.

«Valls bluffe et ne passera pas à l'acte», veut croire un autre hollandais, en soulignant que «ce qui a fait la force de Fillon, c'est aussi qu'il n'a jamais trahi Sarkozy à Matignon, même s'il a rongé son frein».

Le sondage Harris Interactive publié dimanche soir pourrait calmer les ardeurs de Valls, qui ne ferait pas mieux (9%) que Hollande au premier tour de la présidentielle s'il était le candidat PS. (afp/nxp)

Créé: 27.11.2016, 00h25

Articles en relation

Hollande et Valls entrent dans la bataille finale

France Le président et son Premier ministre se livrent une guerre froide en coulisses à quelques mois de la présidentielle française. Plus...

Montebourg appelle Valls à la démission

France Le candidat à la primaire de la gauche incite le Premier ministre à aller «au bout de sa visible et éphémère exaspération». Plus...

Hollande serait candidat à la présidentielle

France Le porte-parole du gouvernement a annoncé mercredi que le chef de l'Etat annoncera lui-même s'il compte se présenter en 2017. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...