Valls giflé: trois mois de prison avec sursis

FranceLe candidat à la présidentielle a été agressé mardi en Bretagne. Le jeune homme a été condamné mercredi.



Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le jeune homme de 18 ans qui a giflé Manuel Valls mardi en Bretagne a accepté mercredi une peine de trois mois de prison avec sursis et 105 heures de travail d'intérêt général. Cela s'est passé dans le cadre d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, a-t-on appris auprès du procureur de Saint-Brieuc.

Le jeune homme est poursuivi pour violences volontaires sans incapacité de travail préméditées, a précisé Bertrand Leclerc à Reuters. Manuel Valls, qui avait porté plainte, a réclamé et obtenu un euro symbolique.

La Comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), plaider-coupable à la française, permet d'éviter un procès. Elle est proposée par le procureur, qui suggère une peine que l'auteur des faits peut accepter ou refuser.

Si la CRPC est refusée, le procureur doit alors saisir le tribunal pour un procès classique. Si en revanche elle est acceptée, il saisit le président du tribunal pour que la peine soit homologuée lors d'une audience publique.

Le jeune homme a légèrement giflé mardi l'ex-Premier ministre Manuel Valls alors qu'il était en déplacement à Lamballe (Côtes d'Armor), dans le cadre de sa campagne pour la primaire de la gauche en vue de l'élection présidentielle.

L'ex-chef de gouvernement a assuré mercredi qu'il continuerait d'aller au contact des Français et qu'il ne se laisserait pas «impressionner» par cet incident. (ats/nxp)

Créé: 18.01.2017, 19h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...