Le Vatican renvoie deux prêtres en justice

Abus sexuelsLes deux prêtres italiens sont soupçonnés d'abus sexuels sur mineurs dans l'enceinte même du Vatican.

Le pape François, le 15 septembre 2019, au Vatican.

Le pape François, le 15 septembre 2019, au Vatican. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Saint-Siège a annoncé mardi le renvoi en justice de deux prêtres italiens pour des abus sexuels présumés qui se seraient déroulés dans un séminaire se trouvant dans l'enceinte du Vatican.

«Le promoteur de justice du Vatican (équivalent du ministère public) a demandé le renvoi en jugement du père Gabriele Martinelli, sous l'accusation d'abus sexuels qui auraient eu lieu au sein du séminaire Pie X avant 2012, et du père Enrico Radice pour complicité», a indiqué le Saint-Siège dans un communiqué.

«L'enquête avait été ouverte en 2017 à la suite d'informations publiées par la presse» pour des faits qui auraient été commis alors que Gabriele Martinelli était séminariste et Enrico Radice recteur du séminaire Pie X, ajoute le Saint-Siège. Le communiqué précise que les renvois des deux prêtres ont été ordonnés les 16 et 17 septembre.

L'agresseur présumé, Gabriele Martinelli, séminariste âgé de 21 ans à l'époque des faits, a été ordonné prêtre en 2017. Le séminaire Pie X se trouve à l'intérieur même des murs du Vatican, situé à quelques pas de la résidence Sainte Marthe, où vit aujourd'hui le pape François. Ce séminaire forme des mineurs qui servent comme enfants de choeur dans la basilique Saint-Pierre et lors des cérémonies papales.

Selon des médias italiens, un jeune séminariste polonais, compagnon de chambre de l'une des victimes, affirme avoir été témoin de dizaines d'agressions sexuelles. Avec deux autres séminaristes, il a dénoncé l'agresseur présumé d'abord en personne à ses supérieurs du séminaire, puis par écrit à des cardinaux.

«Pouvoir et intimidation»

L'affaire avait fait l'objet d'un livre-enquête, «Péché originel», signé du journaliste italien Gianluigi Nuzzi et sorti en 2017. L'ouvrage raconte que le jeune témoin a vécu de 13 à 18 ans au séminaire Pie X, jusqu'en 2014, mais dit avoir été renvoyé avant la fin de sa scolarité après avoir tiré la sonnette d'alarme auprès d'autorités ecclésiales et vaticanes.

Selon lui, un ancien élève autorisé à rester dans le palais venait très souvent le soir -- jusqu'à 140 fois -- pour avoir des relations sexuelles avec son camarade de chambre, alors âgé de 17 à 18 ans, qui «se sentait obligé de céder à ses exigences».

Fort de la confiance de l'évêque recteur des lieux, le jeune homme exerçait «une forme de pouvoir et d'intimidation» sur les plus jeunes, en leur imposant «brimades ou actes sexuels», affirme encore le témoin dans le livre de Gianluigi Nuzzi. «Je ne reproche pas à ces prêtres d'être homosexuels», déclare ce Polonais qui se dit lui-même gay. «Tout cela est une vaste hypocrisie: dans la journée, ces gens sont homophobes, la nuit ils se déchaînent dans des discothèques gays», poursuit-il.

Le pape a pris des mesures

Dans une conversation par messagerie publiée en annexe du livre, la victime remercie ce témoin «d'avoir parlé» à sa place, en disant qu'il n'a pas la force de le faire lui-même. L'ouvrage publie aussi le long courrier que l'étudiant polonais a envoyé au pape François pour exposer la situation.

Après une année 2018 marquée par la révélation d'une série de scandales d'abus sexuels du clergé, notamment aux États-Unis et au Chili, le pape a pris plusieurs mesures pour lutter contre la pédophilie. En mai dernier, le souverain pontife argentin a émis une lettre apostolique (motu proprio) où il oblige notamment le personnel ecclésiastique à signaler tout abus, agression et harcèlement sexuels ou couverture de tels faits. (afp/nxp)

Créé: 18.09.2019, 01h55

Articles en relation

Abus sexuel: enquête sur un archevêque chilien

Eglise catholique Le Vatican a ouvert une enquête sur un archevêque, oncle du président chilien, soupçonné d'abus sexuel. Plus...

Abus dans l'Église: appel à des cours indépendantes

Suisse Pour un vicaire judiciaire suisse, il faut que le Vatican nomme des cours indépendantes pour juger les cas d'abus sexuels dans l'Église. Plus...

Le Vatican attaqué par des victimes américaines

Prêtres pédophiles Cinq Américains veulent obliger le Vatican à divulguer les noms de tous les membres du clergé soupçonnés d'abus sexuels. Plus...

Le clergé doit désormais signaler les abus sexuels

Vatican Tous les diocèses de la planète sont obligés d'ici à un an à mettre en place un système accessible au public pour déposer des signalements d'abus sexuels potentiels. Plus...

Agressions sexuelles: l'archidiocèse de Chicago a versé 80 millions

Un Américain agressé sexuellement par un membre du clergé dans son enfance a appelé mardi d'autres victimes à sortir de leur silence. Ses avocats ont révélé que l'archidiocèse de Chicago a versé 80 millions de dollars dans des cas d'agression sexuelle. «Je sais qu'il y a encore beaucoup de victimes qui souffrent en silence. Ces personnes doivent en sortir», a déclaré Joe Iacono, qui explique avoir été agressé par le prêtre de sa paroisse, quand il avait 11 ans. Selon son avocat, l'archidiocèse de Chicago a versé 80 millions de dollars à 160 victimes en plus de vingt ans. Au total, ce sont 48 prêtres qui étaient mis en cause. Les agresseurs ont perdu leur poste, a-t-il précisé.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.