Passer au contenu principal

Et si Vaud possédait bien assez de terres arables?

Et si on faisait fausse route dans la politique de sauvegarde de nos bonnes terres? L’urbaniste Thierry Chanard questionne.

Thierry Chanard s'interroge sur la manière dont la protection des bonnes terres arables est gérée.
Thierry Chanard s'interroge sur la manière dont la protection des bonnes terres arables est gérée.
Odile Meylan

Coup de frein au développement de l’entreprise Hilcona à Orbe? La faute à la politique de préservation des surfaces d’assolement (SDA). Coup de semonce pour le quartier des Cornettes à Rennaz? Itou. L’exigence fédérale de préserver d’importantes surfaces de bonnes terres pour faire face à une éventuelle crise majeure pèse lourd sur le canton de Vaud, contraint d’identifier et de protéger un quota imposé (notre édition du 25 janvier). Architecte urbaniste spécialisé dans l’aménagement du territoire et directeur du bureau GEA à Lausanne, Thierry Chanard ne cache pas ses réserves face à cette politique. Entretien.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.