Les victimes de Dutroux refusent sa main tendue

BelgiqueCondamné à la prison à perpétuité en 2004, le criminel belge avait écrit aux familles des victimes afin d'obtenir une libération conditionnelle.

Marc Dutroux cherche à obtenir une libération conditionnelle depuis 2012.

Marc Dutroux cherche à obtenir une libération conditionnelle depuis 2012. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les victimes du criminel belge Marc Dutroux ont balayé d'un revers de main une lettre de son avocat le disant «prêt à répondre» à leurs questions, 22 ans après son arrestation, certaines dénonçant l'«opération publicitaire» du pénaliste, dont le client reste haï de tout un pays.

«Il s'agit uniquement d'une opération publicitaire de sa part», a affirmé à l'AFP Els Schreurs, compagne du père d'Eefje Lambrecks, retrouvée morte en 1996, à 19 ans, dans le jardin d'une des habitations du tueur, dans le sud de la Belgique.

Me Bruno Dayez, qui défend le criminel belge depuis 2017, «a voulu faire un coup avec cette lettre, on nous manipule», a fustigé pour sa part Me Georges-Henri Beauthier, l'avocat de deux autres victimes.

Certaines familles ont aussi dénoncé une démarche purement «stratégique» de l'avocat, dans la perspective d'obtenir une libération conditionnelle auprès du Tribunal de l'application des peines (TAP). Ce dont Bruno Dayez ne se cache pas.

Dans son courrier daté du 27 août, dont l'AFP a obtenu copie jeudi, le pénaliste rappelle en effet qu'une des cinq conditions pour une libération anticipée concerne «l'attitude du condamné à l'égard des victimes».

De ce point de vue, dit-il aux victimes, «il m'a paru opportun de faire un pas dans votre direction». Et de proposer que Marc Dutroux réponde à «des questions qui seraient selon vous demeurées en suspens» après le procès de 2004, qui s'était soldé par une condamnation à la prison à perpétuité.

Me Dayez va aussi au devant de possibles attentes déçues concernant l'indemnisation des préjudices subis, jugée insuffisante par certaines victimes.

«Je suis obligé d'admettre qu'il (Marc Dutroux) ne possède strictement rien et qu'il est totalement et définitivement incapable de satisfaire à cette exigence», écrit l'avocat.

Plaies béantes

Joint par l'AFP, Me Dayez défend bec et ongles son offre de dialogue, malgré la fin de non-recevoir qu'on lui oppose: «De toute façon, ma démarche est gagnante, quelles que soient les réactions, puisque je justifie avoir fait le premier pas».

Ne pas donner suite, «c'est la liberté pleine et entière» des victimes, «je n'ai pas à juger», enchaîne-t-il.

L'affaire Dutroux reste un traumatisme en Belgique, 22 ans après l'arrestation du tueur belge et la découverte des corps de quatre jeunes filles enlevées, violées et assassinées.

Deux autres également violées ont survécu à leur séquestration.

Les plaies restent d'autant plus béantes que le criminel n'a jamais exprimé de regrets, ni formulé d'excuses et continue de contester certaines accusations.

«Nous avons des questions claires et objectives sur la base du dossier pénal. Nous voulons des réponses à ces questions plutôt qu'une conversation avec l'avocat», souligne Els Schreurs.

«Pendant neuf ans de procédure, les parties civiles n'ont fait que ça de l'interpeller. Aujourd'hui, il conteste avoir commis certains faits (...), mais lesquels ? Pourquoi ? Qu'il nous le dise», enrage Me Beauthier, parlant d'«un monologue de pervers».

«On tourne en rond, mes clients en ont marre», ajoute cet avocat, qui défend notamment le père de Julie Lejeune, morte de faim à 8 ans dans une cave à Marcinelle, près de Charleroi (sud).

En février, Bruno Dayez avait publié un livre intitulé «Pourquoi libérer Marc Dutroux», dans lequel il dénonce l'actuel système carcéral belge et défend la thèse qu'aucun condamné ne devrait être emprisonné plus de 25 ans.

Il s'est fixé l'objectif d'obtenir pour son client une libération conditionnelle d'ici à 2021, bien que sa condamnation à perpétuité ait été assortie d'une clause empêchant toute libération anticipée.

Pour peaufiner le dossier, l'avocat va désormais s'attaquer à la question de la dangerosité de son client. «C'est la prochaine étape, nous allons demander la désignation d'un collège de psychiatres» pour l'examiner, dit-il à l'AFP. (afp/nxp)

Créé: 30.08.2018, 17h46

Articles en relation

Il y a tout juste vingt ans disparaissaient les petites Julie et Mélissa

Anniversaire La Belgique s'est souvenue avec douleur mercredi de la disparition, il y a tout juste vingt ans, des petites Julie et Mélissa, enlevées par le pédophile Marc Dutroux. Plus...

La presse belge exprime la douleur du pays

Drame de Sierre Les journaux francophones et néerlandophones transmettent à l'unisson le désarroi qui habite la Belgique, suite au décès de 22 enfants et 6 adultes dans un accident de car. Mais la comparaison du Monde avec l'affaire Dutroux ne passe vraiment pas. Plus...

«Tous les délinquants sexuels ne sont pas des Marc Dutroux»

Votations du 18 mai Le professeur Philip Jaffé, docteur en psychologie à l'Uni de Genève, évoque le climat qui entoure l'initiative de la Marche blanche sur les pédophiles et les problèmes que pose le texte, auquel il est opposé. Plus...

Le père d'une victime va rencontrer la complice de Dutroux

Belgique Dix-sept ans après le drame, la justice belge vient d'autoriser l'ex-femme et complice du meurtrier pédophile à rencontrer Jean-Denis Lejeune, le père d'une des jeunes victimes du couple qui souhaite «connaître la vérité». Plus...

L’ex-femme de Dutroux reçoit des enveloppes suspectes

Couvent en Belgique Deux enveloppes contenant une poudre blanche suspecte ont été reçues ces derniers jours au couvent belge où séjourne Michelle Martin, l’ex-femme et complice du meurtrier pédophile Marc Dutroux. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.