La ville de Raqa est bombardée par l'aviation syrienne

SyrieLes forces de Bachar al-Assad tentaient de reprendre le contrôle de la ville de Raqa tombée la veille aux mains des insurgés.

Image de YouTube montrant le gouverneur de Raqa et son secrétaire général entourés par des combattants rebelles après leur capture.

Image de YouTube montrant le gouverneur de Raqa et son secrétaire général entourés par des combattants rebelles après leur capture. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'aviation syrienne a bombardé mardi la ville de Raqa, chef-lieu de la province du même nom dans le nord-est de la Syrie, ont rapporté des militants de l'opposition.

Un membre du Parlement syrien, Charif Chihada, a déclaré sur la chaîne de télévision qatarie Al Djazira que des forces terrestres avaient aussi été dépêchées pour tenter de reprendre Raqa. «La situation va brutalement changer pour ces terroristes», a-t-il prédit en faisant allusion aux brigades insurgées.

Sur place, un habitant expliquait la situation mardi: «Le centre-ville est actuellement bombardé par des avions de guerre. J'ai compté une soixantaine de roquettes». Selon lui, les hôpitaux, débordés par l'afflux de blessés, ont lancé des appels aux dons de sang.

D'après des sources de l'opposition et des habitants, Raqa est tombée lundi aux mains des rebelles, qui ont déboulonné une statue géante de l'ex-président Hafez al Assad, père de l'actuel chef de l'Etat, trônant sur la grand-place.

La quasi totalité de cette agglomération située sur les berges de l'Euphrate est tombée, hormis un complexe occupé par les services de renseignement. Il s'agirait de la première grande ville conquise par l'insurrection depuis le début du soulèvement il y a tout juste deux ans.

Combats et pillages?

Des troupes et des milices pro-régime ont cependant continué de résister pendant la nuit autour du siège des services du renseignement militaire, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). «De nouveaux renforts de l'armée sont en route vers Raqa», a ajouté cette ONG de l'opposition. Lundi, l'armée avait réagi à la chute de Raqa en bombardant la ville avec des chars et par avion.

Le quotidien pro-gouvernemental Al Watan a affirmé mardi que «l'armée et les services de sécurité se livrent à de violentes batailles dans la ville de Raqa où ont afflué des milliers d'hommes armés».

«Cette ville était l'une des plus calme et considérée comme un abri par de nombreux Syriens qui avaient fui leurs villes. Raqa est devenu depuis quelques jours le théâtre du terrorisme», a ajouté le journal. «Les hommes armés sont en train de piller les maisons et les institutions publiques et privées au milieu du chaos régnant dans la ville», selon Al Watan.

Gouverneur arrêté

Des centaines de fidèles du président ont pris la fuite en direction de l'Est, vers l'Irak ainsi que vers l'Ouest, en direction d'Alep, d'après des sources locales.

Mardi, les forces rebelles ont arrêté le gouverneur de la ville ainsi que le responsable du parti Baas, un dirigeant des services de renseignement au moins, ainsi que le chef de la police de la province, affirment ces sources.

Une vidéo, tournée par des rebelles et diffusée par l'OSDH, montre le gouverneur Hassan Jalili, assis au milieu d'insurgés au côté du secrétaire général du parti Baas au pouvoir pour la province. «Tout ce que nous voulons, c'est nous débarrasser du régime», déclare un rebelle aux détenus.

«Il s'agit des plus hauts dirigeants du régime à être capturés par les rebelles» depuis le début du conflit, a indiqué l'OSDH, qui s'appuie sur un réseau de militants et de sources médicales.

Appel du roi Abdallah

Ailleurs, de nouveaux combats ont eu lieu à Homs, selon l'OSDH. Un militant de cette ville du centre de la Syrie a évoqué de lourdes pertes dans les deux camps. «C'est un déluge de balles. Tout est en feu dans la vieille ville», a-t-il décrit.

Le roi de la Jordanie voisine, Abdallah II, a exhorté mardi à Ankara le gouvernement syrien à avancer vers une «transition incluant toutes les parties» afin d'empêcher l'éclatement de ce pays.

«Seule une transition incluant toutes les parties peut arrêter ce conflit et empêcher la fragmentation de la Syrie», a déclaré le souverain hachémite lors d'une conférence de presse avec le président turc Abdullah Gül. (ats/afp/nxp)

Créé: 05.03.2013, 21h13

Dossiers

Articles en relation

Bachar al-Assad exclut de quitter le pouvoir

Syrie Le président syrien a accusé le gouvernement britannique de vouloir armer les «terroristes» en Syrie et il s'est dit prêt à discuter avec l'opposition, tout en excluant de démissionner. Plus...

Ban Ki-moon parle Syrie au Mont-Pèlerin (VD)

ONU Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a rencontré le médiateur international pour la Syrie Lakhdar Brahimi sur les hauteurs de Vevey. Plus...

L’Iran donne un coup de pouce à Bachar al-Assad

Syrie Bachar al-Assad «participera» à la prochaine élection présidentielle en Syrie prévue en 2014, a affirmé samedi à Téhéran le chef de la diplomatie iranienne Ali Akbar Salehi. Plus...

La Suisse exhortée à accueillir des victimes syriennes

Conflit en Syrie Un comité composé de politiciens et de personnalités de la société civile demande à la Confédération d'accorder le statut de réfugiés aux Syriens fuyant leur pays en guerre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.