Virus: ce qu'on sait et ce qu'on ignore encore

ChineAlors que l'épidémie du coronavirus chinois dépasse désormais celle du Sras en 2003, le point sur l'avancée des connaissances à son sujet.

La Commission nationale chinoise de la santé annonce les derniers chiffres concernant le nouveau coronavirus, soit 132 morts.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Taux de mortalité, niveau de transmission entre humains, moment où un malade devient contagieux, période d'incubation: de nombreuses inconnues empêchent encore de déterminer l'impact mondial de l'épidémie partie de Chine et provoquée par un nouveau coronavirus.

Quel taux de mortalité?

Pour l'heure, plus de 130 patients sont morts sur un total de près de 6000 cas en Chine. Aucun patient n'est mort hors de Chine, alors qu'une soixantaine de malades ont été répertoriés dans une quinzaine d'autres pays, de l'Asie et l'Australie à l'Europe, l'Amérique du Nord et le Moyen-Orient.

A ce stade, on ne peut connaître avec précision le taux de mortalité lié à ce nouveau coronavirus baptisé 2019-nCoV, puisqu'on ne sait pas combien de personnes sont réellement infectées. Ce taux est «aujourd'hui clairement inférieur à 5%», a jugé mardi la ministre française de la Santé Agnès Buzyn. Et il baisse chaque jour, puisque proportionnellement, il y a plus de nouveaux cas confirmés que de décès.

Auparavant, seules deux épidémies mortelles ont été causées par un coronavirus, vaste famille à laquelle appartient le nouveau virus: le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) et le Mers (syndrome respiratoire du Moyen-Orient).

Selon l'OMS, l'épidémie de Sras avait fait 774 morts dans le monde sur 8096 cas en 2002/2003 avant d'être jugulée, soit un taux de mortalité de 9,5%. Toujours en cours, l'épidémie de Mers a fait 858 morts sur 2494 cas depuis septembre 2012, soit un taux de mortalité de 34,5%.

Le nouveau virus est moins mortel que celui du Sras ou du Mers. Par contre, il a l'air plus contagieux. A titre de comparaison, l'OMS estime que la grippe saisonnière fait entre 290'000 et 650'000 morts par an dans le monde.

- Quel niveau de contagion?

Différents experts ont tenté d'estimer le nombre de gens contaminés par une personne infectée. Appelé «taux de reproduction de base» (ou R0), ce paramètre est important pour cerner la dynamique d'une épidémie. Plusieurs estimations vont de 1,4 à 3,8, ce qui est jugé modéré, explique David Fisman, professeur à l'université de Toronto.

Mais des scientifiques chinois ont produit une estimation plus élevée, selon laquelle une personne pourrait en contaminer plus de 5 autres. «Si cela se confirme, cela pourrait expliquer en partie la hausse rapide du nombre de cas» détectés en Chine, selon J. Stephen Morrison, du Centre pour les études stratégiques internationales (CSIS) à Washington. Cette hausse pourrait toutefois aussi venir du fait que la capacité de détection s'est améliorée dans les hôpitaux chinois.

A quel stade un patient est-il contagieux?

Cette question cruciale reste encore sans réponse. Dimanche, les autorités chinoises ont avancé que la contagion était possible avant même que des symptômes n'apparaissent (ce qui est le cas pour la grippe mais ne l'était pas pour le Sras). Toutefois, cette hypothèse s'appuie sur l'observation de quelques cas et n'est pas confirmée avec certitude.

«Il est urgent de mener des recherches sur cette question», insiste le Pr Mark Woolhouse de l'université d'Edimbourg (Ecosse). «Notre principal espoir de contrôler l'épidémie est d'identifier rapidement les patients touchés et de les isoler pour éviter la contagion», rappelle-t-il. «Si la transmission du virus avant même l'apparition des symptômes se confirmait à large échelle, l'efficacité de telles mesures serait compromise».

Quel niveau de transmission entre humains?

L'essentiel des cas de contagion directe entre humains a été observé en Chine. Trois autres cas ont été rapportés au Vietnam, en Allemagne et au Japon. Le risque de telles transmissions est «très bas dans les pays développés», selon J. Stephen Morrison.

Cependant, si des cas étaient exportés «vers certains pays d'Afrique ou d'autres continents où les moyens de sécurité sanitaire sont limités, de gros foyers épidémiques pourraient alors éclater hors de Chine». «Cela pourrait être le prélude à une pandémie mondiale», ajoute M. Morrison, en précisant que pour l'heure, un tel scénario n'est que théorique.

Quelle période d'incubation?

C'est la durée entre l'infection par le virus et l'apparition des premiers symptômes. Les derniers éléments en date semblent montrer qu'elle pourrait être plus courte que ce qu'on pensait. L'OMS l'estimait lundi à deux à dix jours en moyenne. Mais pour certains cas, c'est plus rapide: sur 34 patients chinois étudiés par des chercheurs aux Pays-Bas, la moyenne de la période d'incubation était de 5,8 jours.

Quant à un Vietnamien de 27 ans contaminé par son père revenu de Wuhan, les symptômes sont apparus en seulement trois jours, selon une lettre parue mardi dans la revue médicale américaine NEJM. Mais c'est la fourchette haute de la période d'incubation, 14 jours, qu'a retenue la France pour fixer la durée de l'isolement à laquelle seront soumis ses ressortissants rapatriés de Wuhan.

- Quels sont les symptômes?

La maladie respiratoire provoquée par le nouveau coronavirus et le Sras ont des symptômes communs, selon l'observation des 41 premiers cas repérés en Chine. Tous ces patients avaient une pneumonie, la quasi-totalité avait de la fièvre, les trois quarts toussaient, plus de la moitié avait des difficultés respiratoires.

Mais «il y a d'importantes différences avec le Sras, comme l'absence de symptômes affectant les voies aériennes supérieures (nez qui coule, mal de gorge, éternuements)», analyse le Pr Bin Cao, auteur principal de ces travaux publiés dans «The Lancet». L'âge moyen des 41 patients est de 49 ans et moins d'un tiers souffrait de maladies chroniques (diabètes, problèmes cardiovasculaires...). Près d'un tiers a présenté une détresse respiratoire aiguë et six sont morts.

Il n'existe ni vaccin ni médicament contre le coronavirus, et la prise en charge médicale consiste à traiter les symptômes, dont la fièvre.

(afp/nxp)

Créé: 29.01.2020, 16h19

Articles en relation

L'évolution du coronavirus ce 11 février

Coronavirus Retrouvez les évènements importants du 11 février concernant l'épidémie mondiale de coronavirus. Plus...

Coronavirus: une cinquantaine de cas suspects

Suisse Tous les cas suspects d'infection au coronavirus se sont révélés négatifs jusqu'à présent en Suisse. Plus...

L'Australie parvient à répliquer le nouveau virus

Epidémie Des chercheurs ont réussi à reproduire en laboratoire le coronavirus chinois. Un pas crucial en vu d'un remède ou vaccin. Plus...

Pékin au ralenti pour échapper au virus

Chine Les mesures se multiplient pour endiguer le virus, donnant une ville délaissée par ses habitants, alors que plus de 100 cas, dont un mort, ont été recensés dans la capitale chinoise. Plus...

Le virus se propage, évacuations d'étrangers

Chine Le nouveau coronavirus a déjà fait 132 morts en Chine et touche près de 6000 personnes dans le pays. Plusieurs pays organisent l'évacuation de leurs ressortissants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.