Faute de visas médicaux, des Palestiniens meurent

Proche-OrientLe pourcentage de permis accordés aux patients situés à Gaza ou dans les territoires occupés «décline de manière inquiétante».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cinquante-quatre Palestiniens sont décédés en 2017 alors qu'ils attendaient d'Israël la permission de sortir des Territoires palestiniens pour se faire soigner, ont indiqué mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et des ONG. Le nombre de permis accordés a nettement diminué ces dernières années.

Selon le Centre Al-Mezan pour les droits de l'Homme, basé dans la bande de Gaza, seuls quelques cas isolés de Palestiniens décédés dans l'attente d'un permis médical avaient été enregistrés les années précédentes. L'OMS a pour sa part dit qu'elle de disposait pas de chiffres permettant de comparer avec 2016.

L'organisation onusienne a toutefois indiqué dans un rapport que sur les 25'000 autorisations demandées l'an dernier à Israël par des Palestiniens de la bande de Gaza, 54% seulement avaient reçu une réponse leur permettant de se présenter à temps à leur rendez-vous médical. Le pourcentage était de 62% en 2016 et de 92% en 2012, selon l'OMS.

«Le pourcentage de permis accordés aux patients pour sortir de Gaza décline de manière inquiétante, avec le taux le plus faible depuis 2008, année où l'OMS a commencé à établir ces statistiques», a déploré Gerald Rockenschaub, le chef du bureau de cette organisation dans les Territoires palestiniens.

Rigoureux blocus

Israël contrôle tous les accès à la Cisjordanie, un territoire qu'il occupe depuis 1967, et à la bande de Gaza, à l'exception des quelques kilomètres de frontière entre l'enclave et l'Egypte. L'Etat hébreu soumet en outre la bande de Gaza à un rigoureux blocus pour contenir le mouvement islamiste Hamas, qui dirige ce territoire palestinien et qui est l'un de ses grands ennemis.

Des traitements performants, contre le cancer par exemple, font défaut dans la bande de Gaza en raison de la pénurie de moyens et des restrictions imposées par Israël sur les importations d'équipements susceptibles à ses yeux d'être détournés par le Hamas à des fins militaires.

Les Gazaouis demandent donc des permis aux autorités israéliennes pour aller se faire soigner en Israël, à Jérusalem, en Cisjordanie, en Jordanie ou même au-delà. Les Palestiniens de Cisjordanie doivent aussi solliciter des autorisations pour consulter ou recevoir des traitements à Jérusalem ou en Israël.

Dans un communiqué conjoint, Al-Mezan, Amnesty International, Human Rights Watch, Medical Aid for Palestinian et Physicians for Human Rights ont appelé Israël à assouplir les restrictions pour les patients de Gaza. (ats/nxp)

Créé: 13.02.2018, 19h18

Articles en relation

Ahed Tamimi, le nouveau visage de la résistance palestinienne

Proche-Orient Icône pour les uns, provocatrice pour les autres, la jeune militante doit être jugée ce mardi pour avoir frappé un soldat israélien. Reportage dans son village. Plus...

Colonies: imbroglio israélo-américain

Proche-Orient Le Premier ministre israélien dit discuter avec les Américains d'annexion des colonies, ce que Washington dément. Plus...

Israël hausse le ton et met en garde l'Iran

Proche-Orient L'Etat hébreu a multiplié dimanche les mises en garde contre Téhéran après une attaque d'envergure samedi contre des cibles syriennes et pro-iraniennes. Plus...

Deux boîtes suisses opèrent en toute illégalité

Proche-Orient Plus de 200 entreprises liées aux colonies juives de Cisjordanie ont été recensées par l'ONU. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...