Visite inédite d'Assad à Idleb

SyrieLa visite du président syrien à Idleb est la première depuis le début de la guerre dans cette région.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président syrien Bachar el-Assad a effectué mardi une visite inédite dans la région d'Idleb (nord-ouest). Il y a affirmé que le combat contre les djihadistes et les rebelles était la clé pour mettre fin à la guerre qui déchire le pays depuis 2011.

«La bataille d'Idleb est la base pour mettre fin au désordre et au terrorisme dans toutes les régions syriennes», a souligné Bachar el-Assad, selon un communiqué de la présidence.

Le front d'Idleb sépare les rebelles et djihadistes des zones contrôlées par l'armée syrienne soutenue par Moscou.

Il s'agit de la première visite du président syrien depuis le début de la guerre, dans une région qui échappe toujours largement au pouvoir de Damas et fait l'objet d'une trêve annoncée par la Russie fin août.

Villes pilonnées sans interruption

Plusieurs photos du président Assad entouré de soldats syriens dans la localité d'Al-Habit, reprise cet été par l'armée syrienne, a été publiée sur le site de la présidence et relayée par les médias d'Etat.

La province d'Idleb et des parties des provinces voisines de Hama, Lattaquié et Alep ont été pilonnées sans interruption par l'armée syrienne, soutenue par l'aviation russe, entre fin avril et fin août.

Les forces du régime avaient amorcé début août une progression terrestre, s'emparant notamment de la localité d'Al-Habit, avant que la trêve ne suspende leurs opérations. Le cessez-le-feu est ponctué de frappes russes sporadiques, qui se sont intensifiées ces derniers jours, faisant craindre une reprise des combats.

Cette région contrôlée par les djihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS) abrite également des groupes rebelles. Elle échappe toujours globalement au régime syrien après huit ans de guerre, malgré ses victoires des deux dernières années qui lui permettent de contrôler aujourd'hui environ 60% du territoire.

Plus d'un millier de civils tués

Le pouvoir syrien a maintes fois exprimé sa volonté de reconquérir l'ensemble du pays, par la force ou par le biais d'accords dits de «réconciliation» dont les termes s'apparentent davantage à une capitulation, imposés dans d'autres ex-fiefs insurgés.

Depuis fin avril, les bombardements des forces syriennes et de l'allié russe ont tué plus d'un millier de civils dans la région d'Idleb, selon l'Observatoire strien des droits de l'Homme (OSDH). Et plus de 400'000 personnes ont été déplacées depuis cette date, d'après l'ONU.

Plus de 1700 combattants rebelles et djihadistes ont également péri dans les raids et les combats, contre plus de 1400 membres des forces du régime, selon un décompte de l'OSDH.

Le déplacement du président syrien intervient quelques jours après le déploiement de son armée dans des secteurs du nord-est du pays, appelée à la rescousse par les forces kurdes après le lancement par Ankara d'une offensive dans cette région suspendue par une trêve qui doit prendre fin mardi soir.

Nombreux acteurs impliqués dans la guerre

Les zones kurdes, qui s'étendent sur plus du quart de la superficie syrienne, échappaient également jusqu'ici au pouvoir de Damas qui a maintes fois menacé de les reprendre de force, refusant tout projet d'autonomie réclamé par la minorité ethnique.

Le départ récent des troupes américaines du nord-est de la Syrie, longtemps alliées des forces kurdes, a constitué un feu vert de facto à l'offensive d'Ankara et accéléré ainsi le rapprochement entre les Kurdes et Damas. Déclenchée en 2011 par des manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie implique désormais de nombreux acteurs régionaux et internationaux. Le conflit a déjà fait plus de 370'000 morts et plusieurs millions de déplacés. (ats/nxp)

Créé: 22.10.2019, 13h23

Galerie photo

Face à l'Etat islamique en Syrie, les Syriaques s'organisent

Face à l'Etat islamique en Syrie, les Syriaques s'organisent Les Syriaques, une minorité chrétienne de Syrie, se battent pour sauver leur peuple du massacre promis par les djihadistes. Des Suisses les ont rejoints.

Galerie photo

La Turquie veut une «zone de sécurité» à la frontière avec la Syrie

La Turquie veut une «zone de sécurité» à la frontière avec la Syrie Après avoir forcé le retrait des forces kurdes du nord de la Syrie, Ankara, aidé de Moscou, prend peu à peu position et fait face aux Forces démocratiques syriennes.

Articles en relation

L'assaut reprendra «avec plus de détermination»

Offensive turque en Syrie Recep Erdogan menace de recommencer les frappes dans le nord de la Syrie, si les forces kurdes ne se retirent pas à la fin de la trêve. Plus...

Du rap enragé pour scander les maux d'Idleb

Syrie Entre les bâtiments délabrés du nord-ouest de la Syrie, le rappeur Amir al-Muarri s'élève contre les bombes du régime. Plus...

Un «petit» nombre de soldats américains en Syrie

Etats-Unis Donald Trump a annoncé lundi qu'il restait un «petit» nombre de soldats américains en Syrie, alors que les troupes ont quitté le nord-est du pays. Plus...

Des troupes américaines quittent la Syrie et entrent en Irak

Guerre Des dizaines de véhicules blindés arborant un drapeau américain sont passés par la ville syrienne de Tal Tamr. Plus...

La trêve turque expirera mardi soir

Syrie Recep Tayyip Erdogan a accusé les pays occidentaux de «s'être rangés aux côtés des terroristes» contre la Turquie en critiquant l'offensive d'Ankara contre les forces kurdes en Syrie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.