Passer au contenu principal

PhilippinesVolcan Taal: les habitants peuvent rentrer chez eux

Les autorités ont autorisé la population évacuée à rentrer car le risque d'une éruption de grande ampleur du volcan s'éloigne.

Taal, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Manille, est l'un des volcans les plus actifs des Philippines. Il s'est réveillé le 12 janvier.

Le risque d'une éruption de grande ampleur du volcan philippin Taal semble s'éloigner, ont affirmé dimanche les autorités. Elles ont partiellement levé l'ordre d'évacuation, tout en appelant les habitants à rester prêts à quitter leur domicile à nouveau.

Le volcan s'est réveillé il y a deux semaines, contraignant au moins 135'000 personnes à se réfugier dans des centres d'urgence. Depuis, les signes laissant présager une nouvelle éruption, comme des tremblements de terre, se sont atténués.

Dimanche, l'agence de sismologie des Philippines a affirmé que les quantités de cendres rejetées par le volcan et les émissions de gaz étaient en constante diminution, ce qui traduit «une baisse» du risque «d'une éruption dangereuse».

Elle a donc abaissé d'un cran son niveau d'alerte. Les autorités locales ont aussitôt levé l'ordre d'évacuation pour presque toutes les villes situées à proximité de ce volcan très touristique.

L'un des plus actifs des Philippines

«Les habitants de toutes les villes, à l'exception d'Agoncillo et de Laurel, ont désormais la possibilité de rentrer chez eux», a déclaré le gouverneur local. Cependant, le risque d'éruption du volcan demeure «et nous devons être prêts à évacuer en une heure», a-t-il souligné.

Taal, qui se situe à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Manille, est l'un des volcans les plus actifs des Philippines. Lorsqu'il s'est réveillé le 12 janvier, il a projeté des cendres à une hauteur de 15 kilomètres, tout en crachant des jets de lave qui ont détruit des maisons et causé la mort d'un grand nombre de têtes de bétail.

L'île sur laquelle se situe le volcan fait toujours l'objet d'un ordre d'évacuation et les milliers de personnes qui y vivaient ne sont pas autorisées à regagner leur domicile, a déclaré le gouvernement. La dernière éruption de Taal remonte à 1977. En 1965, il avait provoqué la mort d'environ 200 personnes.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.