Washington envoie des renforts en Arabie Saoudite

Attaque de dronesLes États-Unis ont également durci les sanctions envers l'Iran, «les plus sévères jamais imposées à un pays».

Le nombre exact des troupes et le type d'équipement envoyés en renfort n'ont pas encore été décidés.

Le nombre exact des troupes et le type d'équipement envoyés en renfort n'ont pas encore été décidés. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les États-Unis ont annoncé vendredi l'envoi de renforts militaires dans la région du Golfe après les attaques en Arabie saoudite attribuées à l'Iran et renforcé les sanctions contre la Banque centrale iranienne, présentées par Donald Trump comme «les plus sévères jamais imposées à un pays».

A la demande de l'Arabie saoudite et des Emirats Arabes Unis, le président a approuvé «le déploiement de forces américaines, qui seront défensives par nature, et principalement axées sur les forces aériennes et la défense antimissile», a annoncé le ministre américain de la Défense Mark Esper.

Rappelant la destruction en juin d'un drone américain par les forces iraniennes, après la saisie par l'Iran d'un pétrolier britannique, Mark Esper a estimé que les attaques du 14 septembre contre deux installations pétrolières en Arabie saoudite «représent(ai)ent une escalade spectaculaire de l'agression iranienne».

«C'est une première mesure que nous prenons en réponse à ces attaques», a ajouté Mark Esper au cours d'une conférence de presse. «Nous pensons que ce sera suffisant mais cela ne veut pas dire qu'il ne puisse pas y avoir de déploiement supplémentaire selon la situation».

Le nombre exact des troupes et le type d'équipement envoyés en renfort n'ont pas encore été décidés, mais il s'agira d'un déploiement «modéré», qui ne se comptera pas en milliers, a précisé le chef d'état-major américain, le général Joe Dunford.

Le milliardaire républicain avait annoncé plus tôt de nouvelles sanctions contre la banque nationale d'Iran. «Ce sont des sanctions au plus haut niveau», avait-il précisé dans le Bureau ovale.

«Leur fonds souverain sera ainsi coupé»

A ses côtés, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a expliqué qu'il s'agissait de cibler «la dernière source de revenus de la Banque centrale d'Iran», déjà sur la liste noire américaine, mais aussi le Fonds national de développement, «c'est-à-dire leur fonds souverain qui sera ainsi coupé» du système bancaire américain. «Cela signifie qu'il n'y aura plus d'argent qui ira aux Gardiens de la révolution», l'armée d'élite du pouvoir iranien, «pour financer le terrorisme», a-t-il assuré.

Pour le gouverneur de la Banque centrale iranienne, Abdolnasser Hemmati, ces nouvelles mesures punitives «montrent à quel point» les Américains «n'arrivent pas à trouver de levier contre l'Iran».

Des pans entiers de l'économie iranienne, de son système financier aux exportations de pétrole soumises à un strict embargo, sont sous le coup des sanctions des États-Unis. Mike Pompeo a réaffirmé dans un communiqué que «toutes les preuves désignaient l'Iran, et uniquement l'Iran» comme responsable des attaques en Arabie saoudite, une «agression sophistiquée dans sa conception et effrontée dans son exécution».

«Solution de facilité»

Dans ses prises de parole publiques, parfois contradictoires, Donald Trump s'était montré de moins en moins enclin à des représailles militaires contre l'Iran. «Il n'y a jamais eu de pays plus préparé» que les États-Unis à mener des frappes militaires, a-t-il prévenu.

«Ce serait la solution de facilité pour moi», «frapper 15 sites majeurs en Iran», «cela ne prendrait qu'une minute» et «ce serait une très mauvaise journée pour l'Iran. Mais ce n'est pas ce que je privilégie, si possible», a-t-il enchaîné.

Plusieurs «faucons» républicains l'incitent à faire payer Téhéran avec des frappes sur ses installations pétrolières ou militaires, estimant qu'il ferait preuve de faiblesse s'il n'apportait pas une telle réponse. Le milliardaire républicain a au contraire estimé que la meilleure manière «d'afficher la force» des Etats-Unis était de «faire preuve d'un peu de retenue». «La retenue est une bonne chose», a-t-il insisté, assurant avoir fait «changer d'avis à beaucoup de monde» sur le sujet.

Sanctions américaines depuis novembre 2018

Dans le détail, le Trésor américain vise désormais la Banque centrale iranienne et le fonds souverain de l'Iran pour avoir «fourni des milliards de dollars aux Gardiens de la révolution, à sa Force Qods» chargée des opérations extérieures, «et à leur allié terroriste, le Hezbollah» libanais. Ces trois entités sont classées comme «organisations terroristes» par Washington.

La Banque centrale ainsi que l'essentiel des établissements financiers iraniens sont déjà frappés par des sanctions américaines depuis novembre 2018, après le retrait des Etats-Unis, décidé par Donald Trump, de l'accord sur le nucléaire iranien. (afp/nxp)

Créé: 21.09.2019, 02h27

Articles en relation

Les rebelles Houthis prêts à faire la paix

Yémen Ils proposent un arrêt de toutes les attaques contre l'Arabie Saoudite pour mettre fin à cinq ans de conflit. Plus...

Pompeo pour une solution pacifique avec l'Iran

Attaques en Arabie Le secrétaire d'Etat américain, en visite aux Emirats arabes unis, a affirmé vouloir bâtir une coalition destinée à parvenir à la paix avec l'Iran. Plus...

Pompeo évoque «un acte de guerre» de l'Iran

Arabie saoudite Le secrétaire d'Etat américain, dépêché en Arabie saoudite, a qualifié l'attaque contre des infrastructures pétrolières du royaume d'«acte de guerre». Plus...

Mike Pence: «Nous sommes prêts à riposter»

Attaques de drones Les Etats-Unis ont la certitude que l'attaque du week-end contre l'Arabie saoudite a été menée depuis le sol iranien. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.