Washington juge «intact» le groupe État islamique

TerrorismeLa mort d'Abou Bakr al-Baghdadi, le 27 octobre dernier, n'aurait pas eu d'impact sur le groupe État islamique.

Vue aérienne du lieu où a été tué Abou Bakr al-Baghdadi le 27 octobre 2019 lors d'un raid américain.

Vue aérienne du lieu où a été tué Abou Bakr al-Baghdadi le 27 octobre 2019 lors d'un raid américain. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe État islamique a gardé toutes ses capacités malgré la mort de son chef Abou Bakr al-Baghdadi, indique mardi un rapport d'un organisme américain indépendant qui prévient qu'un départ des forces américaines d'Irak conduirait «probablement» à une résurgence du groupe djihadiste.

La mort du chef du groupe État islamique Abou Bakr al-Baghdadi le 27 octobre lors d'un raid américain dans le nord-ouest de la Syrie n'a pas eu d'impact sur le groupe djihadiste, note le rapport du bureau de l'inspecteur général du Pentagone, un organisme indépendant chargé des enquêtes internes sur cette administration tentaculaire.

Citant des informations fournies par l'agence de renseignement militaire du ministère de la Défense (DIA) et le commandement central américain (Centcom), en charge des forces américaines en Irak et Syrie, l'Inspecteur général note que le groupe État islamique a «gardé sa cohésion, avec une structure de commande et de contrôle intacte, des réseaux urbains clandestins et une présence des insurgés dans la plupart des zones rurales de Syrie».

«Une résurgence du groupe État islamique est probable»

«Aussi bien Centcom que la DIA ont conclu que la mort de Baghdadi n'avait pas conduit à une dégradation immédiate des capacités du groupe État islamique», précise le document. En Irak, les forces américaines ont suspendu leurs opérations contre le groupe État islamique après le raid américain qui a tué le 3 janvier à Bagdad le général iranien Qassem Soleimani, homme clé de l'influence de l'Iran au Moyen-Orient, pour se focaliser sur la défense des installations et des troupes américaines déployées dans le pays.

Malgré un vote du parlement irakien demandant un retrait des forces américaines d'Irak et le souhait exprimé par certains membres du gouvernement de Bagdad, Washington a refusé de retirer ses troupes d'Irak et les forces irakiennes ont repris fin janvier leurs opérations avec la coalition internationale antidjihadiste menée par les États-Unis.

Le rapport de l'inspecteur général juge «peu clair» l'impact de cette pause sur le groupe État islamique, et souligne que la reprise des opérations communes ne garantit pas le maintien de la présence militaire des États-Unis en Irak. Mais «sans une présence militaire américaine, une résurgence du groupe État islamique est probable», ajoute-t-il, citant une analyse de la DIA. (afp/nxp)

Créé: 05.02.2020, 04h47

Articles en relation

Un possible nouveau chef pour l'EI

Terrorisme Amir Mohamad Abdel Rahmane al-Maoula al-Salbi, l'un des fondateurs de Daech, aurait été identifié comme le remplaçant d'Abou Bakr al-Baghdadi. Plus...

«Conan», chien, héros du raid contre Baghdadi

États-Unis Donald Trump a décoré lundi le berger malinois qui a participé au raid contre le chef de l'organisation État islamique. Plus...

«Le nouveau chef de l'EI est un parfait inconnu»

Terrorisme Contrairement à ce qu'a affirmé Donald Trump, les services de renseignement US en savent peu sur le successeur de Baghdadi. Plus...

Premières images du raid contre Baghdadi

États-Unis Le Pentagone a détaillé l'opération menée contre le chef du groupe État islamique, Abou Bakr al-Baghdadi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.