Washington sanctionne un ministre de Maduro

VenezuelaMalgré les protestations russes, le chef de la diplomatie du Venezuela a été sanctionné financièrement par les Etats-Unis.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Washington a encore fait monter la pression d'un cran vendredi sur le régime de Nicolas Maduro au Venezuela, imposant des sanctions à son chef de la diplomatie, ce qui a suscité la vive réaction de la Russie, alliée de Caracas.

Le ministre vénézuélien des affaires étrangères Jorge Arreaza a été mis au ban du système financier international (en dollars) et ses éventuels avoirs aux Etats-Unis ont été gelés par le Trésor américain qui a placé le diplomate sur sa liste noire des sanctions financières.

«Le Trésor va continuer de cibler les soutiens corrompus à Maduro, y compris ceux en charge de la diplomatie et de la justice pour le compte de ce régime illégitime», a affirmé le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin. Le ministère américain a laissé entendre que ces fonctionnaires «transfèrent et cachent les recettes de la corruption en essayant d'exploiter le système financier américain et son marché immobilier».

En conséquence, «tous les actifs et intérêts de ces individus, qui sont aux Etats-Unis ou bien contrôlés par des ressortissants américains, sont gelés», affirme le Trésor qui a également infligé des sanctions contre une juge vénézuélienne haut placée, Carol Padilla.

«Laquais de Maduro»

Jorge Arreaza a répondu sur Twitter vendredi, liant cette nouvelle à son intervention la veille aux Nations unies pour dénoncer «le blocus criminel» des Etats-Unis à l'encontre de son pays. «L'administration Trump nous répond aujourd'hui de façon désespérée. La vérité blesse!», a-t-il écrit.

Le chef de la diplomatie américaine, a de son côté, qualifié M. Arreaza de «laquais de Maduro», Mike Pompeo écrivant sur Twitter que le ministre des Affaires étrangères vénézuélien était la cible de sanctions «pour ses tentatives d'entraver les aspirations démocratiques du peuple vénézuélien».

«Mais je connais les Vénézuéliens, ils ne se laisseront pas intimider. Avec le soutien des principales démocraties du monde, ils vont restaurer la démocratie et reconstruire le pays», a estimé M. Pompeo.

M. Arreaza a été nommé ministre des Affaires étrangères en août 2017 après avoir détenu depuis 2010 plusieurs portefeuilles ministériels comme celui des technologies et de l'industrie ou du développement minier. Mi-avril, il avait aussi dénoncé comme étant «des crimes contre l'humanité» une précédente salve de sanctions américaines contre la Banque centrale vénézuélienne.

Chantage, dit la Russie

Cette mise au ban du système financier du chef de la diplomatie de Caracas a suscité les foudres de Moscou qui a dénoncé un «chantage». «Nous exhortons les Etats-Unis à revenir sur le terrain du droit international, à mettre fin à la politique de chantage et à cesser de provoquer des tensions au Venezuela depuis l'étranger», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, se disant «indigné» par la décision américaine.

«Washington a démontré à plusieurs reprises un rejet catégorique des méthodes de négociation pour résoudre la situation», a poursuivi le ministère. «Il s'agit de la manifestation d'une stratégie de plus en plus agressive des Etats-Unis visant à discréditer la diplomatie internationale et à la remplacer par les diktats et les pressions économiques et politiques cyniques», a-t-il ajouté.

L'antagonisme déjà marqué entre Washington et le gouvernement de Nicolas Maduro s'est fortement accentué depuis le début de l'année lorsque le chef de file de l'opposition, Juan Guaido, s'est auto-proclamé président par intérim et qu'une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis, l'ont reconnu comme tel.

A partir de dimanche, Caracas devra aussi faire face à un embargo des Etats-Unis sur son pétrole, ce qui risque d'aggraver la crise économique mais aussi pousser le pays a dépendre encore davantage de la Russie et de la Chine. Le pétrole représente 96% du revenu national du Venezuela et les Etats-Unis en sont d'importants consommateurs. (afp/nxp)

Créé: 26.04.2019, 23h45

Le Venezuela double le salaire minimum

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a plus que doublé le salaire minimum, le portant à l'équivalent d'environ 8 dollars par mois, dans un contexte d'hyperinflation et de forte dévaluation du bolivar, selon un décret publié vendredi. Le salaire de base est passé de 18'000 bolivars (3,46 dollars au taux de change officiel) à 40'000 bolivars (7,69 dollars), selon le décret publié au journal officiel. Cette augmentation s'applique avec un effet rétroactif au 16 avril. Nicolas Maduro a par ailleurs relancé le paiement d'un bon alimentaire fixé à 25'000 bolivars (4,80 dollars).

Galerie photo

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président»

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président» Deux présidents se faisaient face au Venezuela après que le président du Parlement, contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé «président» par intérim

Articles en relation

Guaido appelle à une manifestation historique

Venezuela Juan Guaido veut que ses partisans se réunissent pour «la plus grande manifestation de l'histoire» de son pays le 1er mai. Plus...

Pence réclame à l'ONU de reconnaître Guaido

Venezuela Le vice-président américain a demandé à l'ONU de reconnaître Juan Guaido comme président. Maduro, lui, a annoncé un accord avec la Croix-Rouge. Plus...

Plein de bâtons dans les roues de Guaido

Venezuela Le gouvernement vénézuélien ne cesse de mettre des obstacles sur la route de l'opposant Juan Guaido qui veut chasser Nicolas Maduro du pouvoir. Plus...

Guaido lance la «phase définitive» contre Maduro

Venezuela Le président intérimaire du Venezuela ne relâche pas la pression sur Nicolas Maduro et pousse pour son éviction prochaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.