WikiLeaks sous le coup d'une série d'enquêtes

Etats-UnisDe multiples enquêtes des autorités américaines visent WikiLeaks et son rôle durant la campagne électorale 2016.

Julian Assange au balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres. (19 mai 2017)

Julian Assange au balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres. (19 mai 2017) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le site WikiLeaks et son fondateur, Julian Assange, sont visés par de multiples enquêtes menées par les autorités américaines en lien avec le déroulement de l'élection présidentielle de l'an dernier. Plusieurs sources proches de ces investigations l'ont annoncé jeudi.

Les commissions du Renseignement du Sénat et de la Chambre des représentants ainsi que la commission des Affaires judiciaires du Sénat planchent sur le rôle joué par WikiLeaks durant la campagne de 2016.

Dans le même temps, des procureurs fédéraux ont ouvert une enquête criminelle à Alexandria, en Virginie, pour déterminer comment le site a pu se procurer des milliers de documents confidentiels de l'administration fédérale. Parmi ces textes, figurent des mémos de la CIA décrivant notamment les outils utilisés par l'Agence centrale du renseignement pour pirater des systèmes informatiques.

Lors de la campagne, WikiLeaks a publié des courriers électroniques récupérés sur les serveurs du Parti démocrate et de John Podesta, qui dirigeait l'équipe de campagne d'Hillary Clinton.

Depuis la Russie

Dans leur rapport déclassifié publié début janvier, la CIA, le FBI et la NSA (National Security Agency) affirment que ces cyberintrusions ont été l'oeuvre du renseignement militaire russe (GRU) et que les données ainsi collectées ont été transmises à WikiLeaks.

Au Sénat, l'enquête de la commission du Renseignement tente de déterminer qui a remis à WikiLeaks les 44'000 courriels et 17'000 documents attachés que le site a mis en ligne en juillet 2016, quatre mois avant le scrutin.

A la Chambre des représentants, la commission du Renseignement a auditionné Roger Stone, ami de longue date de Donald Trump, qui a relayé sur Twitter les publications de WikiLeaks. Stone a identifié l'intermédiaire qui était en contact avec Assange, un comédien du nom de Randy Credico, qui est cité à comparaître mais pourrait invoquer les premier et cinquième amendements (liberté d'expression et liberté de ne pas témoigner contre soi-même) pour ne pas répondre aux parlementaires. (ats/nxp)

Créé: 08.12.2017, 04h46

Galerie photo

Ingérence russe: liaisons dangereuses entre Trump et Moscou

Ingérence russe: liaisons dangereuses entre Trump et Moscou Est-ce que l'équipe de Trump s'est concertée avec Moscou pour influer sur le résultat de la présidentielle? Le procureur spécial a mis en accusation trois proches de Donald Trump.

Articles en relation

Trump Jr publie ses emails avec WikiLeaks

Etats-Unis Après des fuites évoquant des contacts secrets avec WikiLeaks ayant publié les courriels d'Hillary Clinton durant la campagne présidentielle, le fils aîné de Trump a publié ses échanges. Plus...

Julian Assange espère «gagner» d'ici six mois

Justice Le fondateur de WikiLeaks espère gagner sa bataille avec Londres afin de pouvoir quitter l'ambassade d'Equateur sans être arrêté. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.