Passer au contenu principal

ÉditoMontreux joue les exorcistes du virus

L’information est tombée quasi lors de la Journée mondiale de la santé mentale, samedi: Montreux organisera bien un marché de Noël cette année. Ce qui est très réjouissant dans la foule des mauvaises nouvelles, même si l’événement sera réduit et scindé en plusieurs animations. Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit une explosion des maladies psychiques en lien avec la pandémie de Covid-19, la Perle de la Riviera se met en quatre pour offrir des moments de bonheur, de la lumière et de la vie aux gens, loin des commentaires anxiogènes d’où qu’ils viennent. Il n’est pas naïf de le croire. «Nous devons habituellement notre succès aux aspects sociaux de notre manifestation, rappelle Yves Cornaro, directeur de Montreux Noël. Notre événement est devenu un rituel chaleureux et apprécié permettant de bien finir l’année pour bien recommencer la nouvelle. C’est cela que nous voulons maintenir contre vents et marées.»

«Le marché de Noël a été créé il y a un quart de siècle pour générer des nuitées»

Mais si la nouvelle manifestation «Plaisirs d’hiver» court le risque d’essuyer de grosses pertes financières, ce n’est pas pure philanthropie. Tous les acteurs économiques, touristiques, les hôteliers ou festivals montreusiens ont fait front commun pour la faire exister. Faut-il rappeler que le marché de Noël a été créé il y a un quart de siècle pour générer des nuitées dans le creux de l’hiver où les palaces de la cité étaient vides? L’événement a changé le modèle économique de Montreux en maintenant ces établissements ouverts de novembre à Pâques. En remplissant les hôtels, la manifestation permet en outre de monter des événements ou des congrès dont la cité a un besoin vital durant la saison morte. Elle alimente encore en spectateurs les productions hivernales de la Saison culturelle ou du Montreux Comedy Festival. Sur la Perle de la Riviera, on appelle ça le «cercle vertueux». Qu’il s’agit donc désormais de rétablir.

Ce n’est pas une utopie: habituellement, la clientèle suisse représente près de 80% du demi-million de visiteurs du marché de Noël de Montreux. Et 60% d’entre eux proviennent de la région. «Plaisirs d’hiver» pourrait donc bénéficier d’une bonne partie de cette affluence. Page 6

2 commentaires
    Poglia

    Et bien cher Monsieur Montreux degoute de plus en plus, a l heure ou les cas explosent, ou l'ofsp reparle confinement et restrictions ils ne sont pas culottés ! Aucun respect pour la santé et le personnel soignant, Montreux le fric, le fric, le fric.

    Amities a cornarovirus !