Passer au contenu principal

Après la décision du Tribunal fédéralMontreux mène une course contre la montre pour son urbanisme

Les élus ont décidé d’établir dans l’urgence un nouveau plan général d’affectation. L’ancien vient d’être annulé par le Tribunal fédéral.

Montreux a une configuration géographique particulière avec ses constructions en échelon. Ce qui ne facilite de surcroît pas l‘établissement d’un plan général d’affectation.
Montreux a une configuration géographique particulière avec ses constructions en échelon. Ce qui ne facilite de surcroît pas l‘établissement d’un plan général d’affectation.
PATRICK MARTIN

État d’urgence: Montreux marnera tout l’été sur son urbanisme. Ainsi en a décidé le Conseil communal mercredi. C’est que l’heure est grave: le Tribunal fédéral (TF) vient d’annuler le nouveau Plan général d’affectation communal (PGA), qui avait mis vingt ans avant de voir le jour. La Ville doit, entre autres, revoir sa surface constructible surdimensionnée. Et sa seule base légale est un plan des zones datant de 1972, vraisemblablement caduc. On nage donc en plein vide juridique. Pis, avec la levée de l’effet suspensif qui avait été accordée par le TF, des permis de construire ont été délivrés. Désormais, les permis qui étaient exécutoires au 3 juin dernier bénéficient de la situation acquise et peuvent être réalisés. Les autres ne pourront pas aboutir, car la base légale sur laquelle ils reposent a été annulée. Il y a aussi des cas particuliers. Une vraie gabegie. Pour y mettre fin, le groupe PLR a enjoint les autres élus, par le biais d’un postulat, à constituer séance tenante une commission afin qu’elle puisse siéger durant tout l’été. Une proposition acceptée majoritairement dans tous les partis, sauf chez les socialistes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.