Passer au contenu principal

Développement territorialMoratoire sur les constructions à Gressy et Sermuz

Devenus hameaux d’Yverdon-les-Bains à la faveur d’une fusion en 2011, les deux villages ont trop de zones à bâtir. La Commune met à l’enquête une zone de réserve.

Le village de Gressy (2018)
Le village de Gressy (2018)
Jean-Paul Guinnard

Le dimensionnement des zones à bâtir de Gressy et de Sermuz doit être revu. Le potentiel de développement urbanistique des deux villages de l’ancienne commune de Gressy étant trop important au regard de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT), un certain nombre de terrains actuellement admis comme constructibles devront être dézonés.

C’est le cas pour 169 communes vaudoises, qui ont jusqu’au 20 juin 2022 pour redimensionner leurs zones à bâtir. Yverdon-les-Bains ne fait pas partie du lot, au contraire de ces deux petits villages qui ont fusionné avec le chef-lieu nord-vaudois en 2011…

Étonnant? Pas aux yeux du Canton en tout cas. De par leur relatif éloignement de la «commune mère», Gressy et Sermuz disposent du statut de quartier hors centre. Soit, pour reprendre les termes du Plan directeur cantonal, des périmètres à partir desquels les principaux équipements, services et arrêts de transports publics ne sont pas aisément accessibles pour l’ensemble de la population. Ils ne sont ainsi pas soumis aux mêmes conditions que le reste de la commune en matière de perspectives de croissance. «Ils sont traités séparément, comme une zone particulière, avec leur propre plan général d’affectation et un taux de croissance inférieur à celui d’Yverdon», explique la municipale de l’Urbanisme, Gloria Capt.

De fait, Gressy et Sermuz (environ 170 habitants) peuvent se permettre une augmentation de 0,75% annuelle jusqu’à 2030 de leur population. Soit 32 habitants en tout, selon les calculs établis sur la base de la population au 31 décembre 2015. Or, leur PGA actuel en autoriserait 98. Les autorités yverdonnoises vont donc devoir trouver où retrancher des surfaces représentant un équivalent-habitants de 66.

Afin de ne pas entraver les réflexions en cours et de traiter de manière équitable tous les propriétaires, la Municipalité crée une zone de réserve temporaire dont elle soumet à l’enquête publique le plan et le règlement, du 20 février au 21 mars. «À l’intérieur d’une telle zone, toute construction est interdite. Cette mesure prend effet dès l’ouverture de l’enquête publique, pour une durée de 5 ans», reprend la municipale. Sous certaines conditions, elle peut être prolongée de 3 ans. Elle est en revanche abrogée dès l’approbation d’un nouveau plan d’affectation.

1 commentaire
    Mendriziotto

    Plus de climat, Ha