Passer au contenu principal

Crise du CoronavirusMorges sort le chéquier pour ses entreprises et manifestations

Le Conseil communal a validé mercredi soir un crédit d’un demi-million pour aider les entités locales touchées par la crise.

Les élus ont soutenu en masse le projet municipal.
Les élus ont soutenu en masse le projet municipal.
Sébastien Bovy

Voilà qui devrait apporter une bouffée d’oxygène à l’économie morgienne. Le Conseil communal a accepté mercredi soir un préavis d’urgence de la Municipalité demandant un demi-million de francs pour venir en aide aux entreprises et manifestations locales en difficulté à cause de la pandémie.

Dans le détail, 300’000 francs seront alloués à fonds perdu aux sociétés. Plusieurs conditions ont tout de même été fixées par l’Exécutif. Seuls les PME, entreprises ou indépendants qui étaient viables avant la crise sanitaire et dont le chiffre d’affaires n’a pas dépassé 2,5 millions de francs en 2019 pourront prétendre à un soutien financier. Ce dernier ne pourra par ailleurs pas être supérieur à 50’000 francs.

En ce qui concerne les manifestations, l’aide sera également plafonnée à 50’000 francs par cas, mais au maximum 20% du budget de l’événement. Les entités concernées devront notamment démontrer répondre à un intérêt public et avoir un impact économique pour la ville. À noter finalement que les divers soutiens sont subsidiaires à d’autres mesures fédérales et cantonales.

Sauver des emplois

Avec ces différentes mesures, la Commune espère sauvegarder les 8300 emplois (EPT) et 7,8 millions de recettes fiscales annuelles liés aux personnes morales dans un contexte de hausse du chômage et de recul de l’économie helvétique. Les ayants droit ont jusqu’au 16 octobre pour déposer leur demande qui sera examinée par une commission d’évaluation constituée de Mélanie Wyss, municipale responsable des Finances, du chef de service et d’un expert-comptable.

Nous souhaitons que la Municipalité planche sur une stratégie pour proposer une aide aux personnes physiques

Les membres de la commission chargée d’étudier le préavis

Si le préavis n’a eu aucune peine à passer la rampe, la commission chargée d’étudier le dossier a tout de même émis un vœu à l’attention de la Municipalité: que cette dernière planche sur une stratégie pour proposer une aide aux personnes physiques. Le conseiller communal Vert Mathieu Bornoz a quant à lui prié, au nom de son groupe, la commission d’évaluation de faire preuve de bon sens lors de l’analyse des demandes.