Passer au contenu principal

Aide communaleMorges vient au secours des manifestations frappées au printemps

La Ville devrait octroyer un peu plus de 130’000 francs pour permettre à trois rendez-vous de perdurer dans le temps.

Les autorités morgiennes veulent allouer des aides à fonds perdus aux principales manifestations morgiennes, ici le Salon des vins Divinum, afin d’assurer leur pérennité après les annulations de 2020.
Les autorités morgiennes veulent allouer des aides à fonds perdus aux principales manifestations morgiennes, ici le Salon des vins Divinum, afin d’assurer leur pérennité après les annulations de 2020.
Alexandre Grieu

Morges n’a pas l’intention de laisser tomber les événements qui font battre le cœur de la ville! Début septembre, le Conseil communal acceptait d’ailleurs la proposition de l’Exécutif de créer un fonds de 200’000 francs pour venir en aide aux manifestations directement impactées par la crise du coronavirus. «Ce soutien est destiné à celles qui ont pris la vague de plein fouet au printemps et dont les pertes ne seraient pas remboursées par les aides perçues de la Confédération et du Canton», précise la municipale Mélanie Wyss, en charge des finances.

Trois rendez-vous du calendrier morgien ont déposé un dossier qui avait tout d’un SOS. Il s’agit d’Apéro World (12 au 15 mars) et du salon des vins Divinum (1er au 6 avril) – tous deux organisés par la société Chassot Concept – ainsi que du Salon des thérapies naturelles (25 et 26 avril). Le point commun de ces manifestations? Leur annulation a laissé un sacré trou dans les comptes qu’il est aujourd’hui difficile de combler sans le soutien des autorités. On parle d’un montant cumulé de l’ordre de 325’000 francs pour les deux premiers événements et d’une perte de près de 50’000 francs pour le troisième.

L’aide communale est limitée à 50’000 francs par manifestation et ne doit pas dépasser les 20% de son budget, un taux maximal qu’applique en temps normal la Municipalité dans le subventionnement d’événements qui ne doivent pas dépendre uniquement de la ville.

À fonds perdu

Outre l’analyse de leur situation financière, les organisateurs ont dû passer un grand oral, une Commission créée spécialement pour l’occasion étant là pour éclaircir les dernières zones d’ombre éventuelles. «En versant des aides à fonds perdu, il est normal de faire plus de vérifications», estime Mélanie Wyss.

C’est Chassot Concept qui a ouvert les feux. La société – qui organise également le Tour de Romandie – a traversé des mois compliqués, prenant une claque au printemps, saison à laquelle avait lieu la majorité de ses événements. «Nous avons dû faire des coupes très difficiles pour survivre», a rappelé à la Commission David Chassot, l’un des deux directeurs de l’entreprise. Depuis, nous essayons de trouver des solutions pour continuer à faire notre travail. Nous pensons qu’organiser Apéro World et Divinum l’an prochain est faisable. Peut-être pas dans la version que l’on connaît, mais sous une autre formule. Il y a en tout cas une forte demande des vignerons.»

«Nous avons dû faire des coupes très difficiles pour survivre.»

David Chassot, organisateur de Divinum et Apero World

Car c’est aussi là l’un des enjeux de l’aide communale: permettre la pérennisation des manifestations à Morges. Lors de ces entretiens, la Commission a donc voulu en savoir plus sur les intentions des différents organisateurs pour 2021. «Nous avons environ 120 inscrits pour l’an prochain, a tenu de son côté à rassurer Bernard Halil, qui représentait le Salon des thérapies naturelles. On se projette déjà sur notre 4e édition.»

Préavis favorables

Au terme de ces «auditions», la Commission a semble-t-il été convaincue de la nécessité d’octroyer des aides à ces événements qui étaient sur une pente ascendante avant l’arrivée de la crise sanitaire. Il faudra encore patienter un peu pour connaître le verdict final, mais tout porte à croire qu’Apéro World et Divinum devraient toucher 50’000 francs chacun, alors que le Salon des thérapies naturelles devrait bénéficier d’un montant légèrement supérieur à 30’000 francs. «Les demandes de soutien déposées pour les manifestations peuvent être traitées indépendamment les unes des autres. En effet, avec trois dossiers, nous savons que dans tous les cas, le crédit octroyé par le Conseil communal pourra être respecté», conclut Mélanie Wyss.

1 commentaire
    Yersin d'outre-tombe

    Je suis surpris et indigné que la ville de Morges lutte pour propager les épidémies en soutenant le Salon des thérapies naturelles. Je rappelle que ce salon a invité Joyeux et Tal Schaller à faire des conférences, des individus connus pour leur totale incompétence et leurs théories délirantes.

    Au moment où tant de gens sont touchés dans leur santé, leur travail, leur revenu, n’y aurait-il pas des personnes plus dignes de recevoir de l’aide que ceux dont les actions font revenir les épidémies et remonter la mortalité infantile ? On pourrait même songer à récompenser le personnel du domaine de la santé, qui se donne sans compter pour nous aider, plutôt que des charlatans qui ne cherchent qu’à vendre des livres et à propager des théories religieuses ou sectaires extrémistes.