Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Sécurité au PortugalMorts sur les routes: le ras-le-bol des habitants de Lisbonne

Juillet 2020. Veillée en la mémoire des piétons et cyclistes décédés sur les routes lisboètes.

88 morts dont 38 piétons

«On a constaté une réduction de 32% des morts et des blessés parmi les piétons dans les zones limitées à 32 km/h. Pour les enfants jusqu’à cinq ans, la mortalité baisse de 47% et pour les enfants de 6 à 11 ans, de 51%.»

Une voiture passe le long de la nouvelle piste cyclable sur l’Avenida Marechal Gomes da Costa à Lisbonne.

Une question de contrôle?

«Les contrôles sont plus fréquents sur l’autoroute qu’en zone urbaine, alors que c’est là qu’ils seraient les plus nécessaires.»

Mario Alves, spécialiste des transports et de la mobilité

Le problème des grandes avenues

«Les autorités sont plus promptes à inciter piétons et cyclistes à faire attention qu’à donner des ordres à la police pour qu’elle contrôle les chauffeurs qui sont, en fait, la source du danger.»

Mario Alves
Traversée à vélo à travers le quartier lisboète de Campo Grande.

«Plus aucune victime»

«Si nous sommes incapables de protéger les plus vulnérables – les enfants, les cyclistes, les piétons –, nous sommes face à un énorme échec en tant que démocratie et en tant que société.»

Mario Alves
Sur les réseaux sociaux, on assiste à la propagation d’un discours de haine visant à rendre la victime coupable.

Les associations de mobilité, comme MUBi – Association pour la Mobilité Urbaine à Bicyclette – et l’Association de Citoyens Auto-Mobilisés (ACA-M) – appellent à la fin de la «négligence politique» envers les piétons.

La victime est-elle coupable?

Sur les réseaux sociaux, on assiste à la propagation d’un discours de haine visant à rendre la victime coupable.

«Il est contraire à l’éthique que l’État encourage les usagers vulnérables, comme les enfants, à s’adapter au risque.»

Mario Alves
Juillet 2020. Des citoyens lisboètes manifestent en silence pour lutter contre les décès de piétons et cyclistes sur les routes de leur ville.

Zéro mort d’ici 2030

Pontevedra, 80’000 habitants a imposé le 30 km/h dans toute la ville en 2011. Depuis, il n’y a plus eu aucun mort sur la route.

Oslo et Helsinki ont adopté la Vision Zéro comme base de leur stratégie de sécurité routière. En 2019, elles ont atteint l’objectif de zéro mort parmi les piétons et les cyclistes.

Dans le quartier lisboète d’Alvalade, certaines rues et avenues sont désormais limitées à 30 kilomètres à l’heure.