Passer au contenu principal

FootballMory Diaw: «Ça venait de trop loin pour qu'on puisse identifier les coupables»

Les événements de PSG - Basaksehir ont réveillé un triste souvenir au gardien du LS. Il l'évoque, au même titre que ses détracteurs, sa concurrence avec Thomas Castella et le match de ce dimanche.

Mory Diaw, le regard toujours tourné vers l’avant.
Mory Diaw, le regard toujours tourné vers l’avant.
Keystone

Mory, vous venez de la région parisienne. On peut imaginer que les événements survenus cette semaine en Ligue des champions vous ont touché...

Bien sûr qu'ils m'ont touché! D'autant plus que j'ai déjà été confronté à une situation similaire. Heureusement, cette fois-ci, les équipes ont fait bloc. C'était la bonne réaction. La racisme n'a pas sa place sur un terrain de foot, dans la société, nulle part en fait. C'est invraisemblable qu'il faille encore le dire en 2020 et que des événements pareils continuent de se produire.

Vous dites avoir vécu pareille scène?

Quand je jouais en Bulgarie, au Lokomotiv Plovdiv, oui. Sauf que ça venait des tribunes, et de trop loin pour qu'on puisse précisément identifier le ou les coupable(s). Alors il ne s'était rien passé... Mes coéquipiers m'avaient dit que ce n'était rien. Peut-être parce que ce n'était pas la première fois. Ou que certains d'entre eux avaient déjà subi les mêmes insultes.

Certains supporters bien trop bruyants vous en veulent parce que vous avez pris la place de Thomas Castella dans les buts du LS. Vous avez le sentiment que votre couleur de peau y est pour quelque chose?

On m'a montré certains commentaires, oui. (Il marque une pause). Je n'espère pas... Je crois qu'il faut dissocier les choses, ne pas voir le racisme partout. Oui, ça doit faire ch*er quelques fans de voir que Tom, un gars d'ici, sympa, au club depuis longtemps, ne joue plus. J'y vois plus une réaction humaine que tout autre chose. Parce qu'ils l'aiment bien et qu'un type arrivé il y a même pas une année et demie lui est passé devant. Mais ce n'est que la vérité du moment.

Comment ça?

Et bien aujourd'hui, le coach estime que je suis le plus performant des deux. Dans ce cas de figure, c'est normal que je joue. Ça s'appelle de la concurrence, tout simplement. Si je jouais et que Tom était meilleur, ou l'inverse, ce serait normal que cela génère de la frustration pour l'un d'entre nous et pour certains supporters. Aux yeux du coach, Tom était le meilleur des deux la saison dernière et il a joué. Depuis, je suis pour lui le plus performant et il m'aligne. Ça me paraît totalement sain comme mode de fonctionnement.

Vous avez dû tout de même aller chercher pas mal de fois le ballon dans vos filets récemment, non?

Je mentirais si je disais que je le vis parfaitement bien.

Même si vous n'êtes pas le principal fautif sur la plupart de ces buts?

Quand on se revoit à la vidéo en train de les encaisser, on a toujours l'impression d'être le fautif. Maintenant, j'arrive à faire la part des choses et à me dire que ce qui compte par-dessus tout, c'est de ne pas prendre deux fois le même but. C'est le meilleur témoin de la progression d'un gardien.

Tout est aussi plus compliqué pour votre équipe en ce moment.

Oui, on s'en rend compte. C'est normal. Le niveau des équipes de Super League est assez homogène. Un jour sans, ça se paie cash. Globalement, on arrive désormais moins à être l'équipe qui met le plus d'intensité sur le terrain. C'est la clef pour gagner un match. On y parvenait très bien en début de championnat, désormais c'est plus dur.

Mais vous avez enfin échappé à une semaine anglaise!

Oui. D'ailleurs, on a pu couper complètement lundi et mardi, avant de reprendre l'entraînement mercredi. Je crois que c'était nécessaire après Zurich (ndlr: défaite 4-0) et au regard de l'enchaînement des matches depuis quelques semaines.

Même pour vous, en tant que gardien?

Physiquement, j'avais moins besoin de ce break que les autres. C'est logique. Mais mentalement, il tombait à pic.

La roue va de nouveau tourner dans le bon sens contre Saint-Gall dimanche?

J'ai envie de vous dire qu'on va tout faire pour. On a très bien préparé ce match, en tout cas.