Passer au contenu principal

Que vaut la série «Cursed: la rebelle»?Netflix relit les légendes arthuriennes

Avec «Cursed: la rebelle», l’auteur de comics iconiques Frank Miller part en quête du Graal sur Netflix. L’Américain le cherche encore.

La future Dame du Lac (Katherine Langford) empoigne l’épée magique mais «Cursed» reste loin du Graal…
La future Dame du Lac (Katherine Langford) empoigne l’épée magique mais «Cursed» reste loin du Graal…
Netflix

Du sublime «Excalibur» de John Boorman au facétieux «Holy Grail» des Monty Python, les légendes arthuriennes ont souvent inspiré. Alors que depuis «Game of Thrones», la demande de fantastique médiéval ne faiblit pas, Frank Miller s’attaque à son tour à la saga. Le dessinateur de comics avait déjà relu la mythologie américaine – voire le radical «The Dark Knight Returns» et son Batman vieillissant en psychopathe dépressif. Ou les poupées fatales et truands patibulaires qui hantaient les rues de «Sin City». Porteur d’un univers livré cash dans ses zones d’ombre les plus perverses, l’auteur s’est souvent bagarré avec Hollywood.

D’une fadeur désolante

D’où la surprise de découvrir la tiédeur de «Cursed: la rebelle». Si l’auteur, flanqué du scénariste et coréalisateur Tom Wheeler, prend ses libertés avec les canons arthuriens avec des audaces prometteuses, Frank Miller ne touche pas le Graal dans cette série commanditée par la plateforme Netflix. Histoire de rafraîchir la quête, les iconoclastes imaginent une sémillante sorcière en guise de protagoniste principale à une époque précédent les événements relatés par la saga traditionnelle.

Peu évocatrice de la future Dame du Lac, Lady Nimue, avec l’aide de son peuple féerique, les Fae, lutte contre une secte religieuse, les Paladins Rouges, et hérite d’une épée magique, la fameuse Excalibur. Un ténébreux chevalier au sourire étincelant, le jeune Arthur, va l’aider à rejoindre Merlin. Ce drôle d’enchanteur cuve plus souvent son vin que sa magie. Un gamin affamé semble destiné à siéger en Perceval, tandis qu’une nonne se révélera la sœur cachée d’Arthur en Morgane.

«La série n’est qu’un accessoire au livre»

Frank Miller au «New York Times»

Les Chevaliers de la Table ronde s’esquissent ici en traits brouillons censés les moderniser. Peu charismatiques, les acteurs emmenés par Katherine Langford, héroïne de la série «13 Reasons Why’s», semblent souvent anachroniques dans ces forêts ensorcelées. Le livre publié l’an dernier (Ed. Gallimard) rendait justice à la vista de l’illustrateur Frank Miller qui d’ailleurs, déclarait au «New York Times» que la production Netflix ne devait se concevoir que comme «un accessoire». La série prend une force étrange dans les transitions réalisées en cinéma d’animation par l’artiste. Le reste semble cloué par une malédiction implacable qui engourdit une intrigue pourtant des plus musclées et laisse un sentiment de désolation totale.

«Cursed», de Frank Miller et Tom Wheeler, série Netflix, 10 épisodes, également aux Éd. Gallimard.