En 2019, le chantier perpétuel se poursuivra sur les rails lémaniques

CFFLes CFF font le point sur les grands enjeux de l'année en Suisse romande. Entre Genève et Lausanne, neuf week-ends avec horaires spéciaux guettent encore les passagers en 2019.

Vidéo: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De l'est lausannois jusqu'à La Plaine (GE), ce sont 62 points qui s’égrènent de façon presque continue le long du tracé ferroviaire. Et ce sont autant de chantiers que les CFF prévoient de réaliser entre 2019 et 2021 le long de cet axe très chargé. En dressant jeudi le tableau des grands enjeux de l'année en Suisse romande, l'ancienne régie fédérale a notamment fait le point sur les embûches qui guettent les voyageurs de l'arc lémanique.


A lire: Interruptions de trafic sur le rail dans quatre cantons romands


Comme cela a déjà été le cas le week-end dernier, des horaires spéciaux seront instaurés durant neuf autres fins de semaine, cette année encore, sur l'axe Genève-Lausanne. «Cela permet d'accélérer les travaux», explique Antoine Da Trindade, chef des projets d'infrastructure. Durant ces périodes particulières où une seule voie sera utilisée pour le trafic, il y aura tout de même quatre trains par heure et par sens entre les deux villes: deux RegioExpress ainsi que deux InterRegio qui poursuivront leur route vers le Valais. Des week-ends spéciaux du même type avaient déjà eu lieu l'an dernier, également en raison de travaux.

Une situation «extrême»

«Chaque kilomètre est en chantier entre Genève et Lausanne, explique Alain Barbey, directeur régional des CFF pour la Suisse romande. La situation est extrême. Sans vouloir se plaindre, on doit expliquer sa particularité. Entre les deux villes, il n'y a pas de ligne alternative. Même le transport routier n'est pas une solution de repli, l'autoroute étant saturée.»

A lire:

La ligne voit passer quelque 670 trains par jour. «C'est la ligne la plus dense de Suisse, voire sans doute d'Europe», souligne le dirigeant. On y compte quotidiennement 60'000 voyageurs, un total qui dépasse les prévisions et qui, à l'horizon 2030, devrait grimper à 100'000 passagers journaliers, sur fond de prospérité économique et de croissance démographique, mais aussi en raison d'un engouement accru pour les transports publics. Leur part modale reste toutefois encore inférieure en Suisse romande par rapport à la partie alémanique du pays, ce qui laisse présager un potentiel de progression.

Retards en recul

L'essor des capacités de la ligne explique une partie de ces chantiers lémaniques, qui engloutiront des investissements de sept milliards de francs jusqu'en 2030. Mais on intervient aussi pour rénover ce tronçon dont la facture remonte au début des années 1960. D'autres travaux visent à moderniser les gares, notamment en les adaptant aux nouvelles normes en faveur des personnes à mobilité réduite afin qu'elles puissent accéder aux trains plus aisément. C'est en ce moment le cas à Rolle (VD). Tous ces travaux impactent 130'000 riverains; ils seront 270'000 à avoir été concernés d'ici à la fin de la prochaine décennie.

Les CFF mettent en avant leurs efforts pour limiter les inconvénients pour la clientèle. L'opérateur a notamment tenté de mieux planifier ses travaux. «Nous avons fixé des fenêtres dans l'horaire pour réaliser des travaux d'entretien et nous sommes très fiers du résultat, rapporte Cédric Locatelli, chef du projet OQC (pour offensive qualité clients). L'an dernier, nous avons réduit de presque moitié (44%) les retards dus aux chantiers entre Genève et Lausanne.» Ces méthodes testées sur les rives du Léman sont dès lors vouées à s'exporter vers d'autres régions. De façon générale, la ponctualité s'est améliorée entre Genève et Lausanne l'an dernier, sans toutefois encore atteindre l'objectif visé par les CFF.

La révolution Léman Express

Dans le bassin genevois, la préparation du déploiement intégral, le 15 décembre, du réseau Léman Express touche à sa fin. Dans le tronçon central CEVA (Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse), la dalle flottante censée limiter les nuisances sonores et les vibrations a été installée dans le tunnel sous Champel qui doit encore être équipé de rails, alors que tout le reste du tracé est désormais ferré. Le vitrage du pont sur l'Arve est en cours.

Le Léman Express est déjà en service, avec un train par quart d'heure toute la journée depuis décembre, entre Coppet (VD) et Lancy-Pont-Rouge (GE). «La clientèle a augmenté de 60%, indique Alain Barbey. Les gens attendent ce service.» Dès la fin de l'année, ces quatre trains régionaux poursuivront leur chemin vers Annemasse (F) puis vers d'autres destinations haut-savoyardes: Evian, Saint-Gervais ou Annecy. Ils seront flanqués de deux convois Regio Express par heure qui circuleront entre Saint-Maurice (VS) et Annemasse via Lausanne.

«C'est un saut d'offre très important, poursuit Alain Barbey. Il donnera un métro au cœur de Genève et, au delà, un réseau RER cadencé à la façon suisse sur le territoire français. Et avec la prolongation des RegioExpress, trois cantons sont concernés.»

Débuts difficiles

L'amorce du Léman Express, telle qu'elle a été lancée progressivement dès le mois de juin (en heure de pointe) puis dès décembre, a été accompagnée de fréquents soucis de ponctualité, par exemple entre Mies (VD) et Versoix (GE). Les CFF l'admettent. «Mais le problème doit maintenant être relativisé, tempère Alain Barbey. Le nouveau matériel roulant Flirt est très complexe, on est en train de le déverminer, et on a connu une période difficile en janvier. Il nous a fallu procéder à des adaptations et remettre en service l'ancien matériel roulant. Le fait que nous surmontions maintenant ces difficultés peut être vu comme un investissement pour la fin de l'année.»

Les soucis ne risquent-ils pas de se multiplier dès la fin de l'année, quand les trains commenceront à s'aventurer sur le réseau haut-savoyard, entièrement à voie unique et souvent équipé d'une signalisation obsolète? «La partie française du réseau est un point d'attention important, admet Alain Barbey. Des discussions sont menées avec SNCF Réseau ainsi qu'avec les mécaniciens. On a parfois allégé les plans de roulement: entre La Roche et Saint-Gervais, un trajet sur deux sera assuré par des bus en soirée. La SNCF projette des améliorations. Et nous avons des scénarios de réserve en cas de problème.» (24 heures)

Créé: 21.02.2019, 15h43

Articles en relation

Interruptions de trafic sur le rail dans quatre cantons romands

Transport ferroviaire Les CFF annoncent des interruptions totales de trafic sur quatre tronçons romands. Parfois pendant plus de trois mois. Plus...

Les trains Léman Express essuient les plâtres

Ferroviaire Des ajustements étant nécessaires, les nouvelles rames Flirt ont dû être temporairement remplacées par les anciens modèles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.