Passer au contenu principal

SuisseAccord de libre-échange en vue avec l'Indonésie

Le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann a annoncé sur les ondes de la radio alémanique que les deux nations avaient trouvé un terrain d'entente.

L'économie indonésienne est une des plus dynamique en Asie du Sud-Est.
L'économie indonésienne est une des plus dynamique en Asie du Sud-Est.
AFP

Un accord de libre-échange verra le jour entre la Suisse et l'Indonésie. Les deux pays se sont entendus sur le fond, a annoncé jeudi le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann sur les ondes de la radio alémanique SRF.

C'est une avancée importante de la politique commerciale suisse, a commenté le Département de l'économie (DEFR). L'Indonésie est un des principaux partenaires de la Suisse en Asie du sud. Le volume d'échange commercial entre les deux pays est d'environ 830 millions de francs.

Huile de palme

Il aura fallu 17 rondes de négociations et des années de travail. Le dossier a pris du retard à cause de différentes objections, de la Norvège et l'Islande concernant la pêche, et de la Suisse pour l'huile de palme. Ce produit écologiquement controversé représente une concurrence pour l'huile de colza helvétique.

La production suisse d'oléagineux ne sera pas mise en danger par l'accord trouvé, estime le DEFR. L'Indonésie bénéficiera de contingents partiels avec des rabais de 20 à 40%. En contrepartie, elle devra remplir une série de conditions.

Les traités multilatéraux sur l'environnement devront être respectés et les droits fondamentaux des travailleurs seront garantis. L'accord contient aussi des dispositions pour encourager une exploitation durable des ressources forestières et combattre l'abattage illégal de bois. Le développement durable est garanti, selon le ministre de l'économie.

98% des produits concernés

Avec l'accord, 98% des exportations helvétiques seront libérées à moyen terme de droits de douane. Certains tout de suite, d'autres après un délai transitoire assez long. Parmi les produits libérés de droits de douane figurent le fromage et le chocolat. Pour les montres, la levée sera immédiate ou soumise à un délai de cinq ans.

Comme cela s'était produit pour la Chine, la Suisse s'apprête à devancer l'Union européenne en matière d'accord de libre-échange avec un pays important. Quatrième pays le plus peuplé du monde avec 260 millions d'habitants, l'Indonésie représente un marché à fort potentiel.

Finalisation en suspend

Le texte a été négocié par la Suisse au nom des Etats de l'Association européenne de libre-échange (AELE). Après l'entente des deux partenaires sur le fond, il ne reste plus que quelques détails techniques à clarifier, des positions indonésiennes à reconfirmer et la finalisation juridique à effectuer.

Une déclaration commune d'accord devrait être signée le 23 novembre lors d'une conférence des ministres de l'AELE à Genève. L'accord devrait être signé d'ici à la fin de l'année.

Le Parlement aura son mot à dire. Le peuple pas forcément, les Chambres fédérales ne l'avait pas voulu pour l'accord de libre-échange conclu avec la Chine.

D'autres accords de libre-échange sont en négociation avec l'Inde, la Malaisie, le Vietnam et les pays du Mercosur. Johann Schneider-Ammann espère aussi pouvoir entamer les négociations avec les Etats-Unis d'ici à la fin de l'année.

Des paysans surpris

De son côté, l'Union suisse des paysans (USP) s'est dite surprise par l'annonce faite par Johann Schneider-Ammann, alors que la Commission de politique extérieure du Conseil national (CPE-N) discutera prochainement des lignes rouges concernant l'huile de palme.

Plus globalement, l'USP déplore dans un communiqué qu'aucune information détaillée sur l'accord n'ait été rendue publique. Impossible, selon elle, de savoir si le Conseil fédéral a respecté les lignes rouges et de connaître les conséquences que cet accord aura sur l'agriculture suisse.

Pétition

Pour mémoire, l'opposition à une augmentation des importations d'huile de palme couvre un large spectre de la société civile. Cette exigence est partagée par les oeuvres d'entraide, les organisations de défense des droits de l'homme et l'USP.

Cette dernière s'oppose à l'accord de libre-échange en raison l'exonération des droits de douane dont bénéficierait l'huile de palme. L'USP, en compagnie d'ONG, a demandé que cet oléagineux ne soit pas concerné par l'accord que la Suisse négocie avec la Malaisie. Près de 20'000 personnes ont signé une pétition posant ces exigences.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.