Avenir Suisse veut privatiser la poste

ÉtudeLe groupe de réflexion libéral livre dans un rapport ses solutions pour réformer le géant jaune.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le passage en zone déficitaire n’est pour La Poste qu’une question de temps.» La petite phrase lâchée par Avenir Suisse promet de faire du bruit. Dans une étude portant sur le service postal à l’heure du numérique, le groupe de réflexion libéral livre ses recettes: suppression du monopole sur les lettres de moins de 50 grammes et limitation du service postal universel; privatisation partielle, puis totale, de la poste; privatisation de Postfinance en l’autorisant en parallèle à octroyer des crédits et des hypothèques; privatisation et vente de CarPostal. Rien de moins.

Il est vrai que les résultats du géant jaune, propriété de la Confédération, font pâle figure. En 2018, le résultat opérationnel (bénéfice avant impôts et intérêts) s’est monté à 501 millions de francs, en baisse de 217 millions par rapport à l’exercice précédent. La mauvaise tenue de l’entité Postfinance et les ennuis de CarPostal expliquent ce recul. Avenir Suisse estime que le déclin est inexorable. La Poste serait sur le point «de sombrer dans une mer de difficultés d’où il faudra la sortir». À l’avenir, les versement de dividendes postaux à la Berne fédérale – 200 millions cette année – risquent de n'être plus qu'un lointain souvenir.

Les réformes tardent à La Poste

Pourquoi? La Suisse tarde à réformer une Poste dont les services correspondent de moins en moins aux besoins d’une société transformée par le numérique. Avenir Suisse veut donner un coup de pied dans la fourmilière.

Ses propositions sont multiples. Elles concernent tout d’abord le service postal (lettres, colis et guichets). «Le volume de lettres envoyées diminue de 2 à 4% chaque année en Suisse, entraînant une chute du résultat d’exploitation de Postmail de 4% ces cinq dernières années», s’inquiète le groupe de réflexion. Le service universel, auquel la Suisse consacre 350 à 400 millions de francs par an, doit alors être revu. La nécessité d’avoir des bureaux de poste en dur partout n’est plus une évidence à l’heure du numérique. «La Poste peut s’organiser différemment, explique Samuel Rutz, auteur de l’étude. Il y a de la place pour l’innovation.»

En parallèle, le monopole qui subsiste aujourd'hui sur l’acheminement des lettres de moins de 50 grammes devrait être supprimé. «Depuis le 1er janvier 2013, tous les États membres de l’UE ont mis en œuvre l’ouverture totale du marché postal sur leur territoire», rappelle l’étude. De la sorte, la pression concurrentielle s’en trouverait accrue, «ce qui ouvrirait la porte à une modernisation du secteur postal, et ce même si La Poste devait rester l’unique prestataire de service postal en Suisse». Dans la foulée, La Poste serait progressivement privatisée, pour lui donner «la flexibilité et l’indépendance nécessaire dans un marché entièrement libéralisé».

Revenus en baisse pour Postfinance

Une autre piste concerne Postfinance. Cette dernière a vu ses revenus fondre. Les taux négatifs en Suisse font sentir leurs effets. «Dans un contexte de taux d'intérêts bas, l’interdiction pour Postfinance d’octroyer des crédits et des hypothèques constitue un risque croissant», s’alarme Avenir Suisse, qui souhaite que cette interdiction soit levée. Le Conseil fédéral a d'ailleurs lancé un projet dans ce sens. Mais le groupe de réflexion souhaite aller plus loin en privatisant Postfinance, qui y gagnerait «la nécessaire indépendance politique et la flexibilité de gouvernance dont elle a urgemment besoin pour s’affirmer sur le marché».

Pour finir, CarPostal devrait sortir du giron de La Poste et aussi être privatisée. «Le scandale CarPostal a illustré les risques que ce modèle d'entreprise représente pour l’État et les contribuables.» L’interdiction de faire du profit avec le transport régional de voyageurs devrait aussi être revue. Bref, des remèdes de choc.

Créé: 21.03.2019, 10h19

Articles en relation

La Poste veut verser moins d’argent à la Confédération

Stratégie La Poste présente des résultats en baisse à cause de PostFinance et de l’affaire CarPostal. D’autres secteurs marchent bien. Plus...

La Poste lâche 205 millions pour regagner la confiance

Affaire CarPostal Le géant jaune dévoile le plan qu’il a négocié avec les collectivités pour solder les tricheries de sa filiale. La facture explose. Plus...

L’expansion de CarPostal France fait hurler les élus

Transport La Poste est sous le feu des critiques. Alors qu’elle veut se retirer du marché français, sa filiale vient de signer des contrats à Marseille. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.